mercredi 12 octobre 2011

SALAH LARBÈS À PROPOS DE L'EQUIPE NATIONALE VERSION HALILHODZIC : «Il faut laisser du temps au sélectionneur»

«Il faut laisser du temps au sélectionneur»

L'ancien latéral international de la JS Kabylie et Mondialiste 1982, Salah Larbès, qui s'occupe actuellement de la prospection au sein de son club de toujours, la JSK, a bien voulu livrer aux lectrices et lecteurs de L'Expression, ses impressions sur la dernière victoire des Verts contre la République centrafricaine (2-0) pour le compte des éliminatoires du groupe «D» de la Coupe d'Afrique des nations 2012.
Que vous inspire cette victoire contre la République centrafricaine au stade 5-Juillet?
Salah Larbès: Il faut dire qu'il y a bien longtemps que nous n'avons pas vu l'équipe algérienne évoluer sur la pelouse du stade 5-Juillet et pour un retour, j'estime que c'était concluant. C'est une belle victoire sous la houlette du nouveau coach des Verts, Halilhodzic. Cette victoire permet aux joueurs d'être libérés du moins sur le plan de la concrétisation. Il est vrai qu'il n'y avait vraiment pas d'enjeu dans ce match sauf peut-être pour les joueurs qui devaient montrer le nouveau visage de l'équipe et au coach qui veut les booster pour aller de l'avant. Et ce résultat positif constitue donc un bon stimulant pour les deux parties. Chacun a trouvé son compte. Et d'ailleurs, même le public a vu un nouveau visage de l'Equipe nationale avec un bon esprit offensif. C'est donc de bon augure.
Que retenez-vous sur le plan technique et de l'évolution des joueurs algériens dans ce match?
La ligne offensive a bien joué. Nous avons remarqué de gros efforts fournis par les joueurs en bloc. L'esprit collectif a été pour beaucoup dans cette victoire. La défense a également fait son travail convenablement. Cependant, côté offensif, il faut juste faire remarquer que les joueurs manquent de récupération. Il va falloir faire en sorte que les attaquants se replient rapidement en cas de perte de balle pour ne pas laisser le temps aux joueurs adverses d'organiser leurs actions offensives. De plus, il y a un petit manque de coordination collective au niveau de la construction des actions offensives. Il fallait attaquer en surnombre. C'est très important qu'il y ait un surnombre d'attaquants dans le camp adverse pour bien perturber sa défense.
Comment voyez-vous cette sélection nationale dans le futur proche?
Je crois qu'il reste énormément de travail à faire. Mais là, je dois bien préciser qu'il faudrait laisser le temps au coach national de bien choisir ses joueurs et faire valoir ses options tactiques et techniques en l'aidant dans sa tâche. Ce n'est qu'en patientant qu'on pourra avoir une bonne sélection nationale. On ne change pas l'évolution d'un groupe en un laps de temps très court. Il faut qu'il y ait une stabilité dans le sens large du terme pour assurer un bon collectif. Je ne parle pas uniquement de l'Equipe nationale. Je pense surtout aux clubs. Car le joueur de l'Equipe nationale doit travailler dans son club d'abord. En Equipe nationale, il devrait être déjà prêt! Or, chez nous, il y a une très grande instabilité qui règne. Regardez bien ces changements fréquents d'entraîneurs et de joueurs. Comment voulez-vous avoir une stabilité pour qu'une équipe puisse d'abord bien travailler avant de donner des résultats?
Et quelle sera donc votre conclusion?
Sincèrement, je demeure optimiste quant à l'avenir des Verts. Si on continue à travailler de la sorte au sein de la sélection nationale et si on laisse vraiment le coach travailler avec ses joueurs dans la sérénité et la stabilité, je suis sûr et certain que l'on pourrait bien relever des défis et évidemment concrétiser les objectifs assignés.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire