jeudi 30 décembre 2010

EN : Bougherra n'a pas joué hier

EN : Bougherra n’a pas joué hier

Les Glasgow Rangers, qui devaient donner la réplique hier soir  à Saint Johnstone, en déplacement, n'ont finalement pas joué. Ce duel, qui rentre dans le cadre de la 20e journée du championnat d'Ecosse de Premier League, a été de nouveau reporté en raison des conditions climatiques jugées sévères et inappropriées pour le déroulement d'un match de football.

EN : Belkalem, l'avenir de l'EN A

EN : Belkalem, l’avenir de l’EN A

Le défenseur de la JSK, Essaïd Belkalem, est plus que jamais proche de l'équipe nationale A et de suivre les traces de Rafik Halliche, qui évoluait au NAHD avant de décrocher un contrat professionnel en optant pour Madeira après s'être illustré en Coupe d'Afrique qui a eu lieu en Angola et en Coupe du monde au pays des Bafana-Bafana en gagnant ainsi la confiance de Rabah Saâdane et d'Abdelhak Benchikha.

En effet, Belkalem, qui connaît une éblouissante forme depuis qu'il a été promu en seniors avec la JSK, ne cesse de progresser et d'améliorer ses capacités. La preuve, ce jeune joueur de 22 ans attire de plus en plus l'attention des clubs algériens, à l'image de la JSM Béjaïa qui lui fait les yeux doux depuis longtemps. Les belles prestations du fils de Mekla ne peuvent passer inaperçues du moment que le sélectionneur national a déclaré plusieurs fois que tout joueur aura une chance d'endosser le maillot de l'Equipe nationale s'il démontre bien sûr, qu'il est capable d'apporter un plus. Toutefois, Belkalem pourrait bientôt avoir cette chance de porter pour la première fois le  maillot de l'équipe A. Par conséquent, il doit garder les pieds sur terre et faire preuve de sérieux pour gagner la confiance du sélectionneur. Par ailleurs, nul doute que le Canari a les moyens de décrocher une place parmi les professionnels des Verts, lui qui a fait ses preuves avec les Olympiques! et les Locaux.

Capitaine chez lez Olympiques?
A peine 22 ans, Essaïd Belkalem a été désigné par la direction kabyle deuxième capitaine de l'équipe, après Laâmara Douicher. Voilà que le sélectionneur des Olympiques, Azzedine Aït Djoudi, lui a confié le brassard de capitaine d'équipe, après avoir décelé en lui cette facilité de communiquer avec ses coéquipiers, sans parler de son comportement exemplaire sur le terrain. Selon une source bien informée, lors du stage du Maroc qui a vu les Olympiques gagner le trophée, le défenseur s'est comporté en véritable capitaine. Cela prouve que ce jeune joueur est déjà responsable et qu'il pourrait devenir un vrai pilier des Verts dans les prochaines années.

? et titulaire chez les A'
En plus de sa convocation chez les Olympiques, le défenseur kabyle, qui a été convoqué en équipe A', est un titulaire à part entière. En effet, avant-hier contre le Tchad, Essaïd a joué toute la partie en épaulant le défenseur sétifien Abdelkader Laïfaoui. De plus, le Kabyle a été l'auteur d'un joli doublé qui a permis aux Verts de l'emporter. En l'espace de 20 jours, le défenseur a marqué trois buts en sélection, le premier avec les Olympique lors du tournoi du Maroc et les deux autres contre le Tchad.

Le CHAN, l'occasion de confirmer
Puisque Belkalem a été retenu parmi les joueurs qui seront appelés à participer à la Coupe d'Afrique des locaux (CHAN), qui aura lieu au Soudan, ce sera donc une très belle opportunité pour lui de progresser encore, car une compétition aussi importante permettra au joueur d'améliorer son niveau. Seulement, il ne doit pas s'enflammer car brûler les étapes pourrait lui être préjudiciable. «Kalou», comme on aime à l'appeler, doit garder les pieds sur terre et continuer à travaill

Soudani gagne des points
Cette rencontre Algérie-Tchad a été une occasion pour le public algérien de découvrir un joueur dont on n’a cessé de dire beaucoup de bien. Il s’agit de l’attaquant de l’ASO Chlef, Hillal Soudani. Ce dernier a pris part à plus d’une heure de jeu, laissant une bonne impression au public et au sélectionneur national, Abdelhak Benchikha. Le joueur a commencé la partie comme avant-centre. Néanmoins, le joueur a éprouvé quelques difficultés. Par la suite, Benchikha l’a déplacé vers le couloir gauche, alors que Mustapha Djallit a occupé la pointe de l’attaque, et Djabou Abdelmoumen le flanc droit de l’attaque. Là, Soudani a épaté tous les présents. Il a transpercé la défense tchadienne à plusieurs reprises. Il a même mené de nombreuses incursions dans son couloir. Il aura été un danger permanent pour les défenseurs tchadiens.

«Le plus important, c’est le CHAN»
Rencontré à la fin de la rencontre, Hillal Soudani nous a livré ses impressions. Il estime que les A’ étaient dans l’obligation de se racheter, après leur défaite face à l’USMA et les Olympiques. Il dira à ce propos : «On a fourni aujourd’hui une très belle partie, il fallait le faire après nos deux défaites face à l’USMA et les Olympiques. On a affronté un adversaire assez coriace, mais je pense qu’on a su comment se comporter sur le terrain. C’est très important pour le moral, en attendant bien sûr le CHAN.

Belhadj «Personne de Lille ne m'a contacté»

Belhadj «Personne de Lille ne m’a contacté»

Nadir Belhadj nous a contacté hier pour apporter une précision suite à l'information faisant état d'une offre de Lille pour l'acquérir en tant que prêt.?«Ni moi, ni mon agent, ni Al Sadd n'avons un contact avec Lille ou avec un autre club. Personne de Lille ne m'a contacté. Comme je l'ai déjà dit, je suis bien  à Al Sadd», nous a-t-il déclaré. Ainsi, il n'y a pas eu de contact à travers le joueur ou son agent.

EN : Benchikha : «Ceux qui n'ont pas convaincu face au Tchad ne seront plus convoqués»

EN : Benchikha : «Ceux qui nont pas convaincu face au Tchad ne seront plus convoqués»

A la fin de la rencontre amicale face au Tchad, le sélectionneur national, Abdelhak Benchikha, a donné ses impressions devant un parterre de journalistes. «Le Général» a fait part à la presse de sa décision de ne pas plus convoquer les joueurs qui n’ont pas donné satisfaction face au Tchad. Il dira à ce propos : «Avant cette rencontre, j’ai eu une discussion très franche avec les joueurs. Je leur ai fait savoir que ceux qui ne donnent pas satisfaction cette fois-ci ne seront plus convoqués. On a vu aujourd’hui de belles phases de jeu travaillées aux entraînements. Il y avait de la volonté, cela est très encourageant.»

«Les portes de la sélection sont ouvertes à tous les joueurs»
Benchikha a même déclaré que les portes de la sélection étaient ouvertes à tous les talents. «Les portes de la sélection sont ouvertes à tous les talents. N’importe quel Algérien a le droit de jouer en Equipe nationale. Ce n’est pas la propriété de Benchikha ou de X ou Y. Il faut bien comprendre cela et je l'ai dit clairement aux joueurs», poursuivra Benchikha.

«Encore deux stages avant d’établir la liste des 23»
Concernant la liste des 23 joueurs retenus pour cette deuxième édition du Championnat d’Afrique des nations qui aura lieu au Soudan, Benchikha estime qu’il est vraiment prématuré d'en parler. «Pour ce qui est de la liste des 23 joueurs retenus pour le CHAN, on n’a encore rien  décidé. On a encore deux stages, et c’est après qu’on décidera», conclura le sélectionneur national.

Chadli Amri restera au Kaiserslautern

Chadli Amri restera au Kaiserslautern

Parti aux Emirats Arabes Unis pour passer ses vacances d'hiver, l'international algérien Chadli Amri est fixé sur son avenir. C'est ainsi qu'après avoir envisagé d'aller voir ailleurs pour bénéficier d'un temps de jeu assez conséquent, Amri a décidé de prolonger son aventure avec son club, Kaiserslautern. Freiné par une méchante blessure qui a perturbé son début de saison avec son club, Amri, qui est revenu à la compétition avec la réserve de l'équipe allemande, ne changera donc pas d'air. Son objectif : revenir en sélection et répondre au prochain stage qui précédera la rencontre amicale face à la Tunisie. Chadli Amri aspire à décrocher une place de titulaire au K'slautern et convaincre le sélectionneur Abdelhak Benchikha.

Enième tentative de l'AEK pour convaincre Djebbour

Enième tentative de l’AEK pour convaincre Djebbour

Selon plusieurs sites grecs spécialisés, les dirigeants de l'AEK Athènes devaient de nouveau se réunir, hier, avec l'attaquant algérien Rafik Djebbour, dans une énième tentative de le convaincre de prolonger son contrat. La direction du club athénien, qui compte faire des efforts sur le plan financier, voudrait mettre son buteur devant le fait accompli et connaître s'il désire réellement renouveler son bail ou quitter le club en juin prochain, date de l'expiration de son contrat avec l'AEK.

Tout pour le persuader avant vendredi
Par ailleurs, suite à la déclaration du président Adamidis qui a reconnu avoir épuisé toutes ses tentatives de convaincre le duo Djebbour-Blanco de renouveler, les dirigeants de l'AEK ont pris le relais pour présenter une dernière offre de prolongation à l'Algérien. «On doit discuter pour essayer de trouver un terrain d'entente», lui ont notamment signifié ses responsables, rapporte la presse grecque d'hier. L'on apprend aussi que la direction du club de la capitale grecque attend une réponse de Djebbour avant demain vendredi pour prendre une décision définitive sur son avenir avec l'AEK.

EN : Bouazza intéresse Herakles Salonique

EN : Bouazza intéresse Herakles Salonique

L’attaquant international algérien, Hameur Bouazza, pourrait quitter Arles-Avignon durant ce mercato d’hiver pour rejoindre le championnat grec de Super League où évoluent plusieurs joueurs algériens, à l'instar de Rafik Djebbour (AEK Athènes), Djamel Abdoun (Kavala) et Karim Soltani (Iraklis Salonique). Herakles Salonique, qui est classée 10e au championnat, aurait présenté une offre intéressante à Bouazza. Arrivé l'été dernier au sud de la France, l'ex-joueur de Blackpool, qui est sous contrat jusqu'en 2012, pourrait bien quitter la formation arlésienne, après avoir pris part à seulement neuf rencontres de championnat de Ligue 1.

Salerno (pdt d'Arles-Avignon) : «Je ne retiendrai pas un joueur qui veut partir»
D'autre part, selon le site du journal La Provence, les dirigeants provençaux ne seraient pas contre le départ de l'Algérien au mois de janvier prochain. Le président de l'AC Arles-Avignon, Marcel Salerno, l'a d'ailleurs bien précisé sur les colonnes de ce  journal très au fait des formations du Sud de la France : «Compte tenu de notre situation, j'ai toujours tenu le même discours : je ne gênerais personne si un joueur aspirait à partir.»

«C'est à Faruk Hadzibegic de trancher»
Dans sa déclaration accordée au journal français La Provence, le président Salerno précise toutefois que le dernier mot reviendra au coach de l'ACA, Faruk Hadzibegic : «De toute façon, on va faire le point avec Faruk Hadzibegic, ces jours-ci, et on prendra les décisions qui s'imposent. Après analyse, on déterminera une liste de joueurs susceptibles de partir, mais aussi d'arrivées au club. C'est le coach qui tranchera.»

—————

Son manager confirme cet intérêt
Le manager de Hameur Bouazza, Farid Ayad, n'a pas démenti l'intérêt du club grec de première division pour son poulain. Ainsi, dans un bref entretien accordé à notre journal hier, Ayad a déclaré : «Effectivement, le transfert de Bouazza en Grèce reste plausible. L'intérêt de cette équipe est réel. On est en train d'étudier cette proposition et d'ici une semaine, on sera fixé sur cette éventualité.»

Mesloub ne quittera pas Le Havre

Mesloub ne quittera pas Le Havre

Comme il nous l'avait signifié dernièrement dans un entretien accordé au Buteur, le départ du milieu de terrain du Havre AC, Walid Mesloub, cet hiver, a de faibles chances de se concrétiser.

Courtisé par plusieurs clubs de Ligue 1, à l'instar de Saint-Etienne, Valenciennes et tout récemment Brest, Mesloub, qui a été classé par France football comme le joueur le plus sollicité de Ligue 2, nous avait notamment affirmé : «Je suis flatté par l'intérêt de ces équipes de Ligue 1 mais je ne pense pas qu'on me laissera partir.» Par ailleurs le départ du milieu de terrain du Havre, Geida Fofana, vers Aston Villa vient fermer la porte pour l'Algérien de quitter le doyen des clubs français, Le Havre AC, cet hiver. Ceci étant, rien ne dit que la direction du Havre ne va pas céder à une offre alléchante de l'un des clubs français désireux d'enrôler le néo-international algérien.

Abdoun et Soltani, la priorité de l'AEK Athènes

Abdoun et Soltani, la priorité de l’AEK Athènes

Les deux Algériens évoluant en Grèce, Djamel Abdoun (AC Kavala) et Karim Soltani (Iraklis Salonique), ont brillé de mille feux cette saison dans le championnat grec de Super League.

Très performants avec leurs équipes, Abdoun et Soltani attisent la convoitise de plusieurs clubs. Ainsi, selon le site La Gazetta, l'entraîneur espagnol de l'AEK Athènes, Manuel Jiminez, aurait donné son feu vert pour recruter ces deux éléments. L'ex-coach de Séville, qui a constaté des manques dans l'animation offensive de son jeu, a fait du recrutement de Abdoun et Soltani l'une des priorités du mercato hivernal. Pour rappel, l'ex-Nantais Abdoun est lié à son club Kavala jusqu'en 2013. Quant à Soltani, il s'est engagé avec l'Iraklis pour une année.

Jiminez a supervisé Abdoun face à Kavala
Djamel Abdoun pourrait bien rejoindre son ex-équipier en équipe d'Algérie, Rafik Djebbour, à l'AEK Athènes. En effet, ébloui par les qualités de l'ancien sociétaire de Manchester City, Sedan et Nantes, le coach espagnol de l'AEK s'est fait une idée claire et précise sur l'Algérien lors de la rencontre de championnat de Super League qui les avait opposés à Kavala, il y a quelques semaines. Ce jour-là, Abdoun avait été désigné homme du match, après une production de tout premier ordre. D'où l'intérêt de Jiminez pour lui.

Soltani ne prolongera pas à Iraklis
Alors que l'on avait commencé à parler avec insistance d'un éventuel accord passé entre la direction de l'Iraklis Salonique et l'ex-joueur de l'Ado Den Haag, Karim Soltani, la presse grecque de mercredi a parlé d'un différend financier qui aurait empêché l'Algérien de prolonger son contrat. On croit savoir que les négociations entamées par l'agent de Soltani avec les dirigeants de l'Iraklis ont échoué.

Monaco offre 4 millions d'euros pour avoir Ziani

Monaco offre  4 millions d’euros  pour avoir Ziani

Selon le site allemand newsclick.de, l'AS Monaco aurait fait une offre de 4 millions d'euros à Wolfsburg, pour racheter le contrat de Karim Ziani. L'international algérien, qui n'a jamais réussi à s'acclimater avec la mentalité du club allemand, n'a que très peu joué avec Wolfsburg dont le coach Mc Laren et les dirigeants ont annoncé la séparation dès ce mercato.

Vendre, pas brader
La confession des responsables du club allemand va automatiquement les obliger à revoir leurs prétentions à la baisse, mais sans toutefois brader Ziani qui leur a coûté tout de même la bagatelle de 7,2 millions d'euros, lors de son transfert de l'O. Marseille.

Guy Lacombe serait enchanté de l'avoir
Même s'il n'y a rien d'officiel au jour d'aujourd'hui, le club de la Principauté semble bien décidé à acquérir le talent du meneur de jeu algérien pour la moitié de la saison et sans doute pour un long bail. Surtout que Stuttgart, l'autre prétendant, semble avoir abdiqué devant l'envie du joueur et celui de Guy Lacombe de finaliser le transfert. Le coach monégasque serait très enchanté d'avoir un meneur de la trempe de Ziani.

Pas de nom de Ziani dans les plans de Stuttgart
La preuve du retrait de Stuttgart est venue de la liste officielle des joueurs que voudraient recruter le coach et dans laquelle il n'y avait aucune trace de Karim Ziani. C'est dire si la piste monégasque paraît la plus plausible pour l'instant. Même si lors des négociations, on ne peut jurer de rien, tellement tout peut basculer d'un côté comme de l'autre, à tout moment.

Monaco en pole position
C'est pour cela qu'on ne peut être affirmatif au sujet de ce transfert, avant la fin des négociations entre les émissaires de Ziani (qui sont déjà sur place) et les responsables du club monégasque. Toutefois, on peut affirmer sans risque de se tromper que Monaco est le mieux placé à tous les niveaux pour attirer l'international algérien.

Ni Lorient, ni Rennes, ni Sochaux
Lorient, Rennes et Saint-Etienne, qui avaient montré leur intérêt pour ce joueur, ne peuvent satisfaire les prétentions salariales du joueur. A l'inverse de Monaco qui a le grand avantage de pouvoir offrir en plus des 4 millions d'euros, un salaire net d'impôts. Ce qui n'est pas rien.

Belmadi «Ni mes dirigeants ni moi n'avons contacté Ziani»
Plusieurs articles de presse avaient signifié qu'un contact aurait été établi récemment entre les dirigeants du club qatari de Lakhouiya que drive l'ancien international algérien, Djamel Belmadi, et le joueur du VFL Wolfsburg, Karim Ziani, en vue d'un possible transfert lors du prochain mercato d'hiver.
Mis sur la liste des joueurs à libérer par le club allemand, le maître à jouer des Verts semble, néanmoins, toujours indécis quant à sa future destination. Cela a accentué les rumeurs, notamment lorsqu'on sait que ses dirigeants demandent pas moins de 5,5 millions d'euros pour sa lettre de libération. Un prix assez élevé, mais qui ne pose aucun problème aux riches clubs qataris. Contacté par nos soins avant-hier en fin d'après-midi, Belmadi, qui se trouve actuellement en France, était, le moins que l'on puisse dire, très surpris par cette nouvelle et c'est donc tout logiquement qu'il à tenu à nier catégoriquement ces prétendus contacts :
«Sincèrement, vous me surprenez en m'annonçant que mon club aurait, soi-disant, entrepris des contacts avec Ziani afin de le ramener cet hiver. C'est complètement faux. Je vous assure que ni moi ni même mes dirigeants n'avons contacté le joueur. C'est une information insensée.»

«Aucun joueur algérien ne viendra à Lakhouiya cet hiver»
Lors d'un entretien qu'il nous avait accordé récemment, en marge de la cérémonie du Ballon d'Or Le Buteur-El Heddaf, l'ancien Marseillais nous a fait savoir, qu'il pistait un joueur algérien qui évolue à l'étranger et qui pourrait, si tout se passe bien, débarquer dans son club de Lakhouiya l'été prochain. Ces derniers jours, néanmoins, pas mal d'informations annoncent l'arrivée prochaine de l'actuel fer de lance de l'Ittihad de Djeddah, Abdelmalek Ziaya. On en a donc profité pour questionner notre interlocuteur sur cette éventualité. «Ecoutez, pour l'instant, il n'y a rien de ce côté-là, et je peux vous dire qu'aucun joueur algérien ne viendra chez nous cet hiver. Ça sera peut-être pour l'été prochain. On verra bien», a fini par nous dire l'ancienne coqueluche de l'EN.

mercredi 29 décembre 2010

Bouazza en Grèce ?

Bouazza en Grèce ?

Selon La Provence, Hameur Bouazza pourrait quitter Arles-Avignon.

Arrivé cet été à Arles-Avignon, Hameur Bouazza pourrait quitter le Vaucluse dès cet hiver. La Provence annonce ainsi un intérêt de l'Herakles Salonique pour le milieu de terrain passé par Birmingham et Blackpool.

Première année du professionnalisme en Algérie : Qu'est-ce qui a changé ?

Première année du professionnalisme en Algérie : Qu’est ce qui a changé ?

«Rien ou peu de choses» affirment sans ambages les présidents de clubs, qui estiment que l'amateurisme, dans toute sa dimension, continue de caractériser la scène footbalistique nationale un peu plus de trois mois après le lancement officiel du premier championnat professionnel de football, de Ligues 1 et 2.

Dans l'objectif d'amorcer une nouvelle ère du football national, mais surtout dans le souci d'être en conformité avec les recommandations de la fédération internationale de football (FIFA), la fédération algérienne avait annoncé le lancement d'un championnat professionnel dès cette saison.

«Un chantier est ouvert dans le football national et qui sera terminé à la fin de l'année, permettant à terme d'assurer le développement harmonieux du football algérien», avait lancé le président de la FAF, Mohamed Raouraoua, en annonçant l'avènement du professionnalisme dans le sport-roi en Algérie. Force est de constater qu'à quelques journées de la fin de la phase aller, aucun prémice de changement n'est apparu et tout comme les années précedentes

la balle ronde en Algérie se morfond encore dans ses problèmes quotidiens, comme l'affirme à l'APS le président du CR Belouizdad, Mahfoud Kerbadj. «Il faut qu'on soit réaliste et que l'on se demande qu'est ce qui a changé pour les clubs par rapport aux précédents exercices ? Rien et la situation est toujours la même. Malheureusement, nous sommes encore au stade de l'amateurisme», assène avec beaucoup de regrets le président du CRB qui nourrissait, à l'instar de ses pairs, un grand espoir de changement dans le fonctionnement et les structures du football national. En dépit des efforts consentis par l'Etat, le professionnalisme reste au stade des balbutiements, s'accordent à dire les présidents des clubs de la Ligue 1, qui restent déçus des lenteurs dans l'application totale des modalités contenues dans le cahier des charges, exigé par la FAF. Le club professionnel doit remplir des engagements portant notamment sur l'encadrement des joue! urs, techniciens, et dirigeants, les installations sportives et la formation, la gestion financière et comptable, l'aspect sécuritaire au sein des enceintes sportive, l'encadrement des supporters, ainsi que les engagements envers l'administration chargée du sport (fédération nationale, Ligue sportive).

«Tous les clubs sont dans le flou concernant la mise en oeuvre du professionnalisme, car il y a une grande confusion dans l'application des textes. Il faudra des décisions politiques courageuses de la part des pouvoirs publics, car on ne peux pas faire du nouveau avec du vieux», a ajouté Kerbadj, insistant sur «le changement des mentalités y compris celles des présidents de clubs».

Le président de l'USM Harrach, Mohamed Laib abonde dans le même sens que le patron du Chabab, en affirmant que l'»amateurisme a encore de beaux jours devant lui». «On est en train de revivre le même scénario que les saisons précédentes.

Le véritable professionnalisme n'est pas encore né en Algérie, et reste au stade de l'application. Je pense que cette année est celle de la transition afin de permettre aux clubs de mettre en place leurs structures», a estimé le premier responsable du club banlieusard. Laib insiste particulièrement sur l'intervention des pouvoirs publics en affirmant que «sans l'aide de l'Etat qui doit mobiliser tous les moyens à la disposition des clubs, le professionnalisme ne verra jamais le jour». Le président de l'Entente de Sétif, Abdelhakim Serar, affirme que les clubs ne sont professionnels que sur le papier, estimant que l'aide des pouvoirs publics est nécessaire pour se défaire de l'amateurisme. «La mise en úuvre de toute cette nouvelle stratégie de gestion du football algérien, ne pourra se faire qu'à travers certaines conditions, à savoir aider les clubs à surmonter les obstacles et leur octroyer les moyens pour faire face à cette mutation en se donnant une période transitoir! e afin de matérialiser le professionnalisme sur le terrain», a-t-il proposé. Même constat pour Abdelkrim Medouar, le patron de l'ASO Chlef, et un des plus anciens présidents en exercice qui souligne que la professionnalisation du football en Algérie, «a besoin de temps pour se matérialiser». «Jusqu'à présent, rien n'a changé par rapport au passé, mais le projet du professionnalisme est en cours de réalisation. Ce n'est pas du jour au lendemain qu'on deviendra professionnels au sens propre du terme. Les gens doivent comprendre que ce nouveau mode de gestion doit bien mûrir avant sa concrétisation», a-t-il estimé.

Le président de l'actuel leader de la Ligue 1 a rappelé qu'il s'est réuni avec ses pairs le 24 novembre dernier pour débattre de la situation générale de leurs clubs respectifs et de l'état d'avancement du professionnalisme initié par l'instance fédérale. Au cours de ce rendez-vous, les présidents de clubs ont interpellé le patron de la FAF pour lui faire part de certaines propositions relatives à certains aspects liés à ce nouveau mode de gestion, notamment les dettes cumulées par les anciens clubs amateurs, les centres de formation, le marché des transferts d'hiver (mercato), ainsi que la nécessité de la promulgation du statut du joueur. «A la veille du lancement du professionnalisme, les pouvoirs publics nous ont promis monts et merveilles, mais rien n'a été concrétisé à ce jour, on attend que ses promesses se matérialisent pour le bien du football algérien», a-t-il estimé. L'ensemble des acteurs du football national estiment que les mêmes maux subsistent et comme une! litanie, les joueurs ainsi que les entraîneurs se plaignent toujours de ne pas avoir perçu leur dû, les techniciens se font «débarqués» au moindre couac, et les dirigeants, ankylosés par leurs vieilles habitudes et leurs vieux réflexes, persistent dans l'attente de la manne publique.

«Le train est sur rails. Mais le chemin est parsemé d'embûches et l'apprentissage sera long avant que les clubs ne parviennent à se démarquer de leur amateurisme», souligne t-on unanimement. La nouvelle réunion prévue ce jeudi entre le président de la FAF et les responsables de clubs pourrait peut être apporter des éléments de réponses à toutes ces interrogations.

La direction de l'AEK comptera quand même sur Djebbour

La direction de l’AEK comptera quand même sur Djebbour

Rafik Djebbour sera en fin de contrat cette saison avec son club de l'AEK Athènes, d'où d'ailleurs la proposition faite par ses dirigeants quant à une prolongation de contrat.

Même si un accord préalable a été trouvé entre le président de l'AEK et l'international algérien au mois de septembre dernier touchant pratiquement à tous les volets du contrat, il n'en demeure pas moins que jusqu'à présent Rafik Djebbour n'a toujours pas paraphé son contrat laissant ainsi libre cours aux rumeurs en Grèce. Certaines évoquent que l'attaquant des Verts souhaiterait revoir à la hausse son salaire et ses primes et qu'il devra donc rediscuter les modalités de son contrat, d'autres rumeurs le donnent par contre partant et ce à partir de ce mercato hivernal en citant quelques gros calibres du championnat grec dont le Panathinaïkos. Mais du côté de la direction de club de l'AEK, rien de tout cela n'a été jusque-là confirmé de manière officielle. Les dirigeants du club espèrent toujours que Djebbour prolonge son contrat au cours des tout prochains jours.

Néanmoins, des informations font état que même si le joueur de l'EN venait à ne pas le faire préférant l'option d'aller au bout de son bail en juin prochain où il sera libre de tout engagement pouvant ainsi opter pour l'équipe de son choix, son président ainsi que le staff technique et d'après une source sûre du club compteront quand même sur lui lors de la phase retour du championnat. En effet, contrairement à certains dirigeants qui pratiquent presque du chantage en exigeant de leur joueur soit une prolongation de contrat soit la mise «au frigo», Djebbour ne risquerait pas de vivre cette situation puisque au niveau de l'AEK Athènes, on a besoin de Djebbour. En fait, l'attaquant des Verts est devenu tout simplement une pièce maîtresse de l'échiquier de son entraîneur dont il sera difficile de se passer. Ainsi donc, et même si Djebbour déciderait de ne pas prolonger son contrat comme cela était convenu, sa place dans le onze type de l'AEK Athènes n'est pas du tout menacée! .

Il reprendra les entraînements aujourd'hui

La reprise des entraînements de l'AEK Athènes est prévue aujourd'hui mercredi et cela en prévision de la rencontre de la 16e journée du championnat qui se jouera le 5 janvier prochain face au club de l'AO Kerkyra. Djebbour qui avait disputé la dernière rencontre de son équipe semble bien guérir de son épaule. Sa titularisation mercredi prochain n'est toujours pas certaine, mais l'attaquant des Verts sera certainement incorporé en cours de jeu.

Al Sadd rejette une offre de prêt de Lille pour Belhadj

Al Sadd rejette une offre  de prêt de Lille pour Belhadj

Alors qu'il vient de réitérer son intention d'honorer son contrat à Al Sadd, Nadir Belhadj n'en est pas moins convoité par certains clubs européens, même si les choses de son recrutement sont minimes compte tenu de son coût. Le dernier club à avoir fait part de son intérêt est Lille, qui a terminé l'année comme champion d'hiver de la Ligue 1. L'intérêt est réel, même si les chances d'un aboutissement sont très minimes.

Rudi Garcia souhaiterait avoir un gaucher
Le «sacre» de Lille à mi-saison n'est pas volé, loin de là. C'est incontestablement l'équipe la plus séduisante de la Ligue 1 au point de vue de jeu. C'est la même qualité de jeu développée par Sochaux, mais avec l'efficacité en plus. En effet, les Lillois ont la meilleure attaque du championnat français (33 buts), avec un match en moins. Cela renseigne sur leur niveau de jeu. Cependant, à trop vouloir attaquer, on se découvre forcément et cela semble être le talon d'Achille de cette équipe, qui a concédé 21 buts jusque-là, ce qui est un peu trop pour un leader qui veut continuer sur sa lancée lors de la phase retour. Cela donne envie à l'entraîneur, Rudi Garcia, de «muscler» un peu plus le couloir gauche. L'analyse faite des données des matches de Lille cette saison fait ressortir que l'une des faiblesses de l'équipe tient du fait qu'il n'y a pas un vrai gaucher expérimenté, à l'exception de l'arrière gauche Emerson. Le projet est donc de renforcer le groupe avec un autre g! aucher, d'où le projet de ramener Belhadj.

Le challenge : le championnat de Ligue 1 et l'Europa League
En plus de l'ambition d'aller très loin dans le championnat de Ligue 1 (terminer à l'une des trois premières places afin de pouvoir jouer la Ligue des champions la saison prochaine), Lille compte également jouer à fond l'Europa League, compétition dans laquelle elle est toujours en lice (en 16es de finale, il a pour adversaire le PSV Eindhoven). Pour une compétition aussi relevée, l'apport de joueurs ayant l'expérience du haut niveau est souhaité. En sa qualité de Mondialiste et de joueur ayant disputé des matches des Coupes européennes, que ce soit avec Lyon ou avec Portsmouth, Belhadj répond donc parfaitement au profil recherché. Dans une récente déclaration à L'Equipe, Rudi Garcia avait affirmé : «C'est difficile de trouver un élément qui va s'intégrer rapidement et qui va apporter un plus.» Lorsqu'on sait que Belhadj a longtemps évolué en Ligue 1 et qu'il a été formé à Lens, distante de seulement 27 kilomètres de Lille, il est clair qu'il n'est pas concerné par les appré! hensions du coach.

Al Sadd exige 6 millions d'euros, Lille fera une contre-proposition
le 3 janvier
Le problème pour Lille, qui s'est informé auprès de la direction d'Al Sadd sur la possibilité de le lui céder sous forme de prêt, est que le club qatari ne veut pas prêter son joueur. «Dans le cas où un club s'intéresserait à Belhadj, il faudra qu'il l'achète» a été la réponse des responsables d'Al Sadd. Le prix de l'achat a même été fixé : 6 millions d'euros. Un montant jugé par la direction de Lille excessif pour sa trésorerie. Al Sadd se montre intransigeant sur ce point, mais les Lillois comptent revenir à la charge après les fêtes de fin d'année, plus exactement lundi prochain, 3 janvier, avec une nouvelle proposition afin d'amener Al Sadd à se montrer plus souple.

Saâdane confirme son engagement avec le Yémen

Saâdane confirme son engagement avec le Yémen

Dans une de nos dernières livraisons, on vous annonçait que Rabah Saâdane était tout près de conclure un accord avec la fédération yéménite, selon lequel il prendra les rênes de la sélection A de ce pays. Apparemment, le OK a finalement été donné par Saâdane.

hier, et sur le site internet CNN Arabia, l'ancien sélectionneur national a confirmé cette information, affirmant qu'il a bel et bien donné son accord de principe aux dirigeants de la fédération du Yémen : «J'ai eu une discussion avec les dirigeants yéménites, à leur tête le Cheikh Salah Hamad Al-Aissa, le président de la fédération, et je lui ai donné mon accord de principe. On s'est donné rendez-vous pour un dernier round de négociations, et je tiens à préciser que le Cheikh Salah m'a convaincu de travailler, de nouveau, avec la sélection de son pays», a déclaré Saâdane.

«Je connais bien la maison»

Le Cheikh Saâdane, qui a préféré prendre du recul après la fin tragique de son bail avec l'EN algérienne, a préféré s'exercer entre-temps sur le plateau de Nessma TV en tant que consultant. Néanmoins, il n'a jamais perdu son temps durant cette période, puisqu'il a reçu de nombreux contacts de la part de clubs, mais surtout de sélections, à l'image de l'offre de la sélection émiratie. Des informations l'ont même annoncé du côté d'Al-Hilal d'Arabie Saoudite, le nom de la sélection du Yémen, de son côté, est tout le temps revenu durant cette période d'éloignement des terrains.

Et c'est finalement à l'issue de la dernière coupe du Golfe que les choses se sont précipitées, le parcours chaotique de la sélection dans «sa» coupe du Golfe a accéléré le départ du Croate Youri Streshko et ouvert les portes à l'ancien driver des Verts qui a donné un avantage à cette équipe pour des raisons des plus logiques : «Vous savez, il y a cinq ans, j'ai travaillé avec cette sélection, donc je connais très bien la maison et même le style de jeu de l'équipe, c'est pour ça que j'ai accepté une nouvelle fois ce challenge. Je vais me déplacer ces jours-ci à Sanaa pour régler quelques détails relatifs aux modalités du contrat, avant de parapher mon contrat et prendre officiellement en main la sélection», a-t-il précisé sur CNN Arabia, avant d'enchaîner : «Mon but est de construire quelque chose de bien afin de concurrencer les plus grandes équipes de la région du Golfe et même d'Asie.»

«Je n'ai pas négocié avec la Tunisie»

Bien que plusieurs informations annonçaient ses contacts avec la Tunisie pour succéder à Marchand, Saâdane a tenu à nier cela en affirmant n'avoir jamais négocié avec la fédération voisine : «Je n'ai jamais négocié avec les Tunisiens», s'est-il contenté de dire, une façon de dire qu'il n'a jamais négocié, mais évitant de parler de contacts ou d'exigences, lui qui aurait mis un terme à l'intérêt des Tunisiens dès qu'il a eu vent des exigences des responsables.

Le Cheikh dès ce vendredi à Sanaâ

Afin de finaliser son engagement avec la fédération du Yémen, Saâdane se rendra dès ce vendredi à Sanaâ, c'est du moins ce qu'il a déclaré : «Actuellement, je suis toujours à Alger, je n'ai donné aucun accord définitif, je préfère me déplacer au Yémen et le faire sur place. D'ailleurs, je m'y rendrai ce vendredi», a-t-il précisé.

Bougherra placé sur le départ

Bougherra placé sur le départ

La dernière sortie de Madjid Bougherra, qui avait annoncé à la presse britannique son désir de changer d'air si bien entendu une belle proposition venait à se présenter, pourrait bien se confirmer dans les jours à venir.

Le club de la capitale écossaise, Glasgow Rangers, qui traverse une crise financière aiguë, compte se séparer de ses meilleurs éléments pour amortir un petit peu ce manque d'argent qui n'a pas été sans influer négativement sur le rendement de l'équipe, toujours incapable de franchir le tour des poules de la Champion's League européenne. Après cette sortie prématurée de la plus prestigieuse des Coupes européennes, les responsables des Rangers ont changé de politique.

La crise financière serait derrière la saignée
Ainsi, incapable de préserver ses meilleurs éléments, l'équipe dirigée par Walter Smith risque de voir ses cadres quitter l'Ibrox Stadium, en raison de cette crise financière qui secoue la formation championne d'Ecosse en titre. Bougherra Madjid ne serait pas le seul à quitter le navire des Blues cet hiver. Le buteur attitré de la formation des Rangers, Kenny Miller, et son coéquipier, le Croate Papac, sont aussi sur le départ, rapporte la presse écossaise de cette semaine. Ils seraient en partance vers la Turquie où le Bursaspor serait prêt à casser sa tirelire pour recruter ces deux joueurs essentiels des Rangers. Bougherra, qui a clairement affirmé dans son dernier entretien accordé au Daily Record qu'il envisageait bien de jouer pour un club qui lui offrirait la possibilité de disputer la Ligue des champions ou l'Europa League, veut vivre d'autres sensations après avoir tout gagné avec les Rangers à l'échelle locale.

Uwe Neuhaus (ent. de l'Union de Berlin) : «Benyamina est en train de réaliser une grande saison»

Uwe Neuhaus (ent. de l’Union de Berlin) : «Benyamina est en train  de réaliser une grande saison»

Dans un article paru dans le journal Berliner Kurier, l'entraîneur de l'Union de Berlin, Uwe Neuhaus, a pris la défense de son protégé, Karim Benyamina, le buteur attitré de la formation berlinoise

Critiqué par une partie de la presse locale, après sa série de 6 matchs sans inscrire le moindre but, son coach s'est dit satisfait du rendement et des performances du néo-international algérien : «Si on évalue le rendement de Benyamina cette saison, on s'aperçoit qu'il est nettement mieux que celui réalisé la saison passée, puisqu'il est en train d'égaler son record où il avait pu marquer 6 buts en 26 matchs. Cette année, il en est à 5 réalisations en 16 rencontres disputées. A 29 ans, Benyamina est en train de donner beaucoup à notre équipe.»

«Sa sélection en Equipe d'Algérie en est la preuve»
Pour mettre en exergue la qualité de son joueur et clouer le bec à certains agitateurs qui ont voulu remettre en cause l'apport de l'attaquant algérien dans cette équipe de l'Union de Berlin, le premier responsable technique avance : «Benyamina a démontré qu'il restait un attaquant redoutable. Sa convocation en sélection algérienne vient confirmer sa progression et son statut de meilleur buteur de l'histoire du club.»

«On lui fait confiance et il n'y aura pas de renfort en attaque»
Dans un autre registre, interrogé si le club berlinois n'avait pas besoin de renforcer ses rangs en prévision de la phase retour, l'entraîneur de l'Union de Berlin rétorquera : «On fait confiance à Benyamina, on ne compte pas effectuer de renfort en attaque.» Pour rappel, mal classée, l'Union de Berlin qui joue sa survie n'est pas tirée d'affaire.
Zarabi dans l'équipe-type de la 19e journée
Abderaouf Zarabi, le capitaine d'équipe de Nîmes Olympique, a été désigné dans l'équipe-type de la 19e journée du championnat de Ligue 2 française. L'ex-joueur d'Hussein Dey a eu droit à une note assez remarquable attribuée par France Football. Avec un 7/10, Zarabi s'est distingué comme meilleur joueur nîmois de cette dernière journée de la phase aller. Pour rappel, Zarabi, que nous avons interviewé il n'y a pas longtemps, nous avait affiché clairement sa motivation à revenir en sélection. Par ailleurs, de par ses prestations et le niveau montré jusque-là avec sa formation, Zarabi, qui a contribué grandement à la résurrection de son équipe, mérite bien une chance en équipe d'Algérie, surtout lorsqu'on sait qu'il faisait partie de cette Equipe nationale, il n'y a pas si longtemps.

Boudebouz «Tous ces trophées gagnés me poussent à travailler davantage»

Boudebouz «Tous ces trophées gagnés me poussent à travailler davantage»

Il est en vacances depuis quelques jours, Ryad Boudebouz, l'international algérien du FC Sochaux Montbéliard, savoure bien cette période de repos. Joint pas nos soins hier, il a bien voulu nous accorder cet entretien dans lequel il revient sur cette année 2010 qu'il qualifie de prolifique pour lui tant elle aura été riche en événements sportifs avec notamment une participation au dernier Mondial avec l'EN et ses distinctions personnelles gagnées cette année avec Sochaux et l'équipe d'Algérie.

D'abord Ryad quelles sont vos nouvelles ?
Dieu merci, tout marche bien, je profite de ces quelques jours de vacances pour me reposer un petit peu, après une phase aller un peu chargée où j'ai été sollicité à plusieurs reprises par mon club.

Vous collectionnez les distinctions, meilleur jeune espoir algérien, deuxième meilleur jeune de l'Award CAF 2010 et récemment second meilleur dribleur  de la Ligue1, cela vous fait quoi ?
Je suis très content de toutes ces récompenses qui viennent m'encourager et m'inciter à travailler davantage et croire encore plus en mes qualités. Cela est d'autant plus réconfortant que toutes ces distinctions interviennent après une saison riche en événements avec ce Mondial disputé avec l'Algérie et cette place de titulaire que j'ai pu confirmer au sein de mon club, le FC Sochaux.

Cette année 2010 aura été bien réussie pour vous, n'est-ce pas ?
C'est clair, je crois que j'ai réalisé pas mal de belles choses sur le plan purement sportif. Ceci  dit, un long chemin m'attend, et c'est à moi de confirmer sur le terrain tous ces trophées gagnés. Vous savez, en football, ça va vite, il faut donc bien garder la tête sur les épaules et ne rien lâcher pour espérer aller de l'avant.

Votre participation au dernier Mondial 2010  reste certainement l'un de vos meilleurs souvenirs de cette année qui se termine, peut-on dire que c'est un tournant de votre carrière ?
Oui, incontestablement, c'est une année que je n'oublierai pas de sitôt. Comme je l'ai toujours dit, cette dernière Coupe du monde disputée avec mon pays, l'Algérie, en Afrique du Sud, m'a fait énormément de bien, ça m'a permis de gagner en maturité et du coup en confiance. J'ai aussi beaucoup progressé sous la houlette de mon entraîneur à Sochaux, Francis Gillot, qui me responsabilise plus et qui m'offre une meilleure liberté sur le terrain, chose qui me permet d'évoluer sur ma véritable valeur.

Vous n'êtes pas déçu d'avoir raté d'un cheveu la distinction du meilleur jeune espoir africain, vous avez été classé second juste derrière le Ghanéen Asamoah ?
Franchement, non, je sais que je suis encore jeune et le fait d'être déjà deuxième meilleur espoir de tout un continent me fait plaisir. Je sais que ça va venir, un jour ou l'autre. Donc, il faut redoubler d'efforts et rester positif pour l'avenir.

Concernant vos performances avec votre équipe, comment jugez-vous votre rendement en cette phase aller ?
Je dirai que globalement ça s'est passé plutôt bien pour moi, même si j'avoue que j'aurai pu mieux fairel. Ceci dit, mon bilan reste positif  puisque j'ai été souvent aligné et pris part à plusieurs victoires de mon équipe.

Pour votre club, ça ne s'est pas bien passé à Monaco, vous avez terminé plutôt tristement l'année avec ce revers subi sur le score de deux buts à un ?
C'est vrai que le résultat ne nous a pas été favorable avec cette défaite concédée dans les arrêts de jeu contre l'AS Monaco mais je crois que nous avons fourni une bonne production d'ensemble. C'est pour vous dire que nous méritons au moins le nul dans ce match.

Cela ne vous décourage-t-il pas ?
Non, pas du tout. C'est vrai que nous aurions souhaité terminer la saison sans défaite pour travailler sereinement durant la trêve mais au risque de me répéter, nous n'avons pas eu de chance avec cette deuxième réalisation monégasque subie en toute fin de match.

Satisfait donc de votre parcours avec Sochaux…
Je dirai que notre parcours demeure honorable malgré tout. On a ramassé un maximum de points pendant cette phase aller, une moisson que nous devons  améliorer lors de la seconde moitié de saison.

Quels seront vos objectifs pour cette deuxième moitié de saison qui commencera bientôt ?
C'est bien de rester performant et compétitif en essayant de montrer une meilleure régularité dans le jeu. Mon objectif, c'est de me montrer décisif le plus souvent possible en marquant plus de buts et en offrant le maximum de ballons de but à mes camarades.

Vous n'êtes pas trop agité par rapport à tout ce qui se dit à propos de votre transfert cet hiver, on parle de vous à Liverpool, à Tottenham et même à Lyon ?
Pour être honnête, je ne me prends pas du tout la tête. Je demeure lucide et je fais de mon mieux pour rester concentré sur mon objectif avec mon club, le FC Sochaux, où je me plais très bien.

On comprend que vous allez terminer l'année à Sochaux…
Oui, normalement je vais aller au bout avec mon club. Il n'y a pas de mouvement particulier à annoncer pour l'instant.

Votre coach, Francis Gillot, vous a qualifié comme étant la vitrine du club, cela prouve qu'il vous estime bien et qu'il vous fait confiance…
Ça fait plaisir. Sincèrement ça me fait chaud au c?ur d'entendre de tels propos à mon égard surtout quand ça vient de mon entraîneur.

L'année 2011 commencera par une  confrontation décisive contre le Maroc et juste avant par un derby contre la Tunisie en amical. Un commentaire pour finir cet entretien ?
Ces deux matchs approchent et on est tous conscients de  leur importance pour notre avenir en sélection. On fera tout pour bien les négocier et amorcer une nouvelle année pleine de succès et de prospérité pour notre pays. C'est aussi mon souhait pour tout le public des Verts que je salue au passage.

Raouraoua «Pas facile de ramener un adjoint pour Benchikha»

Raouraoua  «Pas facile de ramener un adjoint pour Benchikha»

«Sinon, c’est à lui de faire son choix»

Ce n'est un secret pour personne, le président de la Fédération algérienne de football, Mohamed Raouraoua, est à la recherche d'un entraîneur étranger pour seconder Abdelhak Benchikha dans sa mission à la tête des Verts.

D'ailleurs, lors d'une récente déclaration que le boss de la FAF nous avait faite, il nous avait affirmé qu'il n'avait toujours pas trouvé un accord définitif avec un entraîneur et qu'il était toujours en pourparlers avec quelques coachs. Hier, en fin d'après-midi, et afin de savoir s'il y avait du nouveau dans ce sens, nous avons encore une fois pris attache avec le président de la Fédération pour savoir si les choses avaient évolué ou non : «Croyez-moi que ce n'est pas facile de trouver un grand entraîneur étranger qui accepterait de travailler comme adjoint.

Vous me connaissez et vous connaissez mes exigences, je veux un entraîneur étranger de renommée qui apporterait un plus à la barre technique de l'EN, mais celui-ci n'accepterait pas de travailler comme adjoint, d'où la difficulté d'en trouver. Je ne vous cache pas que nous avons quelques noms sur notre calepin avec qui nous sommes en discussion, mais pour l'instant, rien n'est encore fait et c'est loin d'être le cas. Des noms sont cités de part et d'autre, mais je peux vous assurer que rien n'est encore fait, car je viens de vous le préciser, ce n'est pas facile de trouver un entraîneur d'envergure qui accepterait d'être un adjoint», a tenu à nous affirmer le président de la FAF.

«?Dans le cas où je ne trouverais pas, ça sera à Benchikha de choisir son adjoint»

Ainsi donc, l'option d'un entraîneur étranger adjoint pourrait bien capoter dans le cas où Raouraoua n'arriverait pas à conclure au cours des tout prochains jours avec les trois coachs avec qui il est en discussion. Voulant savoir quelle serait l'option dans ce cas bien précis, le premier responsable de la FAF nous dira : «Je suis en train de travailler sur ce dossier, mais dans le cas où ça n'aboutira pas d'ici quelques jours, et bien je demanderai tout simplement à Abdelhak Benchikha de choisir son adjoint, car après tout, c'est lui le premier responsable de la barre technique des Verts et il sera libre d'opter pour le coach de son choix qui sera certainement une option locale», a-t-il conclu.

ALGERIE 3 - 1 TCHAD,Les locaux séduisants

ALGERIE 3   1 TCHAD,Les locaux séduisants

Belkalem : «Je n'ai fait que mon boulot» > Benchikha :«On est déterminés à faire encore mieux»

Comme prévu, le regroupement des Verts qui a débuté le 25 décembre a été ponctué par un match amical hier mardi contre le Tchad. C'est sur la pelouse du stade du 20-Août que les Fennecs ont affronté les Tchadiens dans un match amical. Les Verts ont su, avec l'art et la manière, battre le Tchad sur un doublé de Belkalem et un but de Metref.

D'emblée, les Algériens ont tenu à mettre la pression sur l'adversaire afin d'arriver aux filets très vite. Les occasions sadditionnaient, la défense tchadienne a eu des sueurs froides tout au long de la première demi-heure. Metref, comme un maestro, a fait valser les Tchadiens au rythme qu'il voulait. Doukha n'a pas beaucoup touché le ballon, ou plutôt, aucune action dangereuse n'a été à l'actif de la sélection tchadienne tout au long de la première moitié de la partie. Pour voir les Algériens ouvrir la marque, il a fallu attendre deux minutes après la demi-heure de jeu. Metref ouvre le bal en marquant un joli but. Les Tchadiens tenteront de riposter, mais rien à faire. Bien placés, les Algériens ont montré qu'ils étaient supérieurs.

L'arbitre central ajoute une minute de temps additionnel. Les Fennecs vont en profiter pour ajouter le second but. Cette fois, c'est Belkalem qui marque. Ce qu'on pourrait retenir de cette première partie, c'est que les Algériens ont proposé un beau jeu. Le placement et le fond de jeu étaient à l'ordre du jour. De retour des vestiaires, Benchikha fera plusieurs changements pour donner la chance à tout le monde. Malgré ça, le fond de jeu est resté le même, on aurait dit que ces joueurs sont tout le temps ensemble. Ce qu'on retiendra de cette partie, c'est qu'un maestro nommé Metref aura réussi à guider son équipe vers un succès qui rassure beaucoup en prévision du CHAN. En un peu plus d'une mi-temps, Metref a montré une nouvelle fois l'étendue de son talent, avant de céder sa place, sans doute pour être préservé pour le marathon qui l'attend avec l'ESS.

Belkalem : «Je n'ai fait que mon boulot»

«Ce fut un match difficile au début. On s'est présenté sur le terrain avec la conviction et la rage de vaincre tout en prenant le rendez-vous très au sérieux, comme si c'était un match officiel. On s'est donné à fond pour proposer une bonne prestation. En tous les cas, c'est un bon test pour nous afin de préparer le CHAN comme il se doit. N'empêche qu'il reste encore du boulot à faire. En ce qui concerne mon doublé, je dirais juste que je n'ai fait que mon boulot et mon devoir. Je tâcherai de faire encore mieux à l'avenir.

Benchikha :«On est déterminés à faire encore mieux»

«Un bon test pour le groupe. Avant la partie, j'ai discuté avec joueurse. J'ai été très clair en leur disant que celui qui ne progresse pas n'a plus de place avec nous. Le message a été bien reçu. Les joueurs ont appliqué les consignes. Ils étaient volontaires. Ils avaient cette volonté de bien faire. Je suis heureux de voir cette belle réaction. On va travailler ensemble avec la détermination de faire encore mieux. Ce qui est certain, c'est qu'on essayera de continuer sur ce rythme.»

Raouraoua sauvera-t-il son championnat professionnel ?

Raouraoua sauvera t il son championnat professionnel ?

«Il faut que la FAF efface nos dettes pour nous permettre de procéder au recrutement durant le mercato, il ne faut pas que ces dettes-là soient une entrave à la bonne marche du club, notamment à l'approche du mercato. Il faut que les pouvoirs publics prennent en charge les dettes issues des clubs CSA. Sans l'apurement de ces dettes-là, on risque de mettre carrément la clé sous le paillasson. Il faut que les mesures édictées par la loi de finances complémentaire soient mises en application, faute de quoi, on demeurera toujours des clubs amateurs», a déclaré récemment Medouar, le président de l'ASO, à l'un de nos confrères. Il est vrai que plusieurs points sensibles restent à régler afin de mettre sur rails ce dossier épineux du professionnalisme du football en Algérie au risque carrément de le faire capoter.

Le 24 novembre dernier a eu lieu une réunion des présidents des clubs de L1, ayant remarqué un déséquilibre inquiétant dans la gestion de leurs clubs, mais aussi du championnat, ils sont tombé d'accord pour préparer une liste de revendications qu'ils transmettront ensuite au président de la FAF qui tranchera sur la question.

Ladite réunion n'aura finalement lieu que ce jeudi, après avoir été reportée à cause des engagements de Raouraoua avec la CAF et son programme plus que chargé ces derniers temps.

Le dossier des Africains, une priorité pour revaloriser la Ligue 1

Si les dettes semblent inquiéter à plus d'un titre les représentants des présidents, il n'en demeure pas moins que le duo Kerbadj-Medouar fera de son mieux pour régler une fois pour toutes le dossier des joueurs africains. Il faut dire que la limitation du recrutement et de l'incorporation de ces éléments à 2 joueurs seulement a irrité plus d'un parmi les présidents des clubs. Ils veulent que cette loi change afin de faire profiter le football algérien et revaloriser un championnat meurtri, d'autant qu'aucun pays jusqu'ici n'a imposé ni réussi une telle mesure, d'où l'importance d'y faire l'impasse dans l'immédiat.

Il était une fois le duo Dagno-Touré

On se souvient tous des premiers africains qui ont atterri dans le championnat national, l'expérience réussie au début des années 1990 par Aïn El-Beïda a incité les clubs algériens à faire appel à ces joueurs qui assurent souvent le spectacle sur nos pelouses. Leur venue a même incité les gens à venir les découvrir dans les stades et c'est cette astuce qui a permis aux stades d'afficher complet dans une période où la situation sécuritaire du pays laissait pourtant à désirer. Les Dagno Moussa, Moussa Touré, Mustapha Sama, Manga et autres Atanas avaient ramené cette touche qui manquait au championnat et c'est cette même touche que ce dernier est en train de perdre depuis que Raouraoua a fermé la porte à cette piste africaine, d'où l'importance de la réactiver. Les patrons des équipes de L1 vont donc axer leur réunion sur ce point et demander à ce que le nombre d'Africains soit porté à 3 avec une possibilité d'aligner les trois au même temps. Ils veulent lui expliquer qu'on ! n'est pas aussi meilleurs que les Européens qui alignent souvent un team essentiellement composé d'étrangers dans le même match, même les Tunisiens le font et cela n'a aucunement influencé négativement sur le rendement ni sur le niveau du football local.

Plus de recrues, plus de liberté

La FAF a aussi limité le recrutement à 5 éléments dès ce mercato. Certes, Raouraoua a fait un effort considérable étant donné que lors du précédent marché hivernal, les équipes n'avaient pas cette possibilité, mais les présidents des clubs pensent que ce nombre demeure insuffisant, et ce, pour plusieurs raisons. C'est pour cela qu'ils veulent que ce nombre soit revu à la hausse pour donner plus de possibilité au jeu de retrouver son lustre d'antan et ne pas se limiter aux prestations d'un effectif jugé réduit.

Objectif : retrouver le visage attrayant du championnat

Regarder un match de championnat à la télévision est devenu une vraie corvée pour les amoureux du football algérien. Le stade, pour sa part, s'est transformé beaucoup plus en un champ de bataille qu'un théâtre d'intenses rencontres de foot, au point où les gradins sont chaque semaine de plus en plus vides, à l'image de ce qu'est en train de vivre le stade de Tizi Ouzou, une situation qui a l'air d'inquiéter les responsables des clubs. Pour eux, El-Hadj a hérité d'un championnat amateur attrayant dont il n'a pas réussi à maintenir le niveau, c'est dire que la responsabilité de la première instance du football au pays est grande dans ce dossier, une carte que Medouar et Kerbadj vont brandir demain afin d'atteindre leurs objectifs et convaincre Raouraoua, tout en axant leur discours sur l'importance d'un retour en force des clubs algériens à l'échelle continentale grâce à cette révolution revendiquée.

Le mercato hivernal débutera officiellement le 31 décembre à minuit, il n'est donc pas à écarter que la FAF réponde favorablement aux doléances des clubs à la veille de l'ouverture de ce marché qui sera décisif pour plusieurs équipes.

mardi 28 décembre 2010

CHAN-2011 : Algérie A' bat le Tchad 3-1 en amical

CHAN 2011 : Algérie A bat le Tchad 3 1 en amical

La sélection algérienne A’, des joueurs locaux a battu le Tchad (3-1), mi-temps (2-0) en match amical disputé mardi au stade du 20 août (Alger) dans le cadre de la préparation de l’Algérie pour le 2e championnat d’Afrique des Nations CHAN-2011, prévu au Soudan du 4 au 25 février.

Les buts de la rencontre ont été inscrits par Metref (31′), Belkalem (45′,57′) pour l’Algérie. Assalanou (55′) pour le Tchad. L’Algérie disputera deux autres rencontres amicales avant son déplacement au Soudan. La première contre le Niger 22 janvier 2011, le et la seconde face au Luxembourg le 29 du même mois. Au championnat d’Afrique de nations 2011 des joueurs locaux, l’Algérie évoluera dans le groupe (A) en compagnie du Soudan, l’Ouganda et le Gabon.

Belhadj «Allez voir des chômeurs, moi je joue dans l'un des plus grands clubs du Qatar»

Belhadj  «Allez voir des chômeurs, moi je joue dans l’un des plus grands clubs du Qatar»

«J'ai reçu des offres d'Angleterre, d'Ecosse et de France, mais le destin m'a amené ici au Sadd» > «Le Maroc a aussi des problèmes, on tâchera de les exploiter»

Nadir Belhadj s'est exprimé, hier, dans une longue interview dans les colonnes du quotidien qatari, Al-Sharq. Il est revenu sur les rumeurs l'annonçant de retour en Europe, mais il affirme qu'il terminera la saison dans son actuel club. Pour ce qui est de la sélection, Nadir l'évoqua comme s'il ne l'avait pas quittée, il a même évoqué le match du Maroc comme s'il était sûr de le jouer, ce qui en dit long sur les intentions et les garanties qui lui auraient été données par la FAF pour un retour en EN.

- Félicitations pour ce premier titre décroché avec Al-Sadd, vous êtes sans doute heureux?

- Effectivement, je suis très heureux, non pas parce que je n'ai pas gagné de trophée jusqu'ici, mais plutôt parce qu'on a pu replacer, mes coéquipiers et moi, le club au-devant de la scène après 3 ans de disette.

- Vous voulez dire que vous êtes l'auteur de ce succès ?

- Non, pas à ce point, mais je trouve que j'ai apporté ma pierre à l'édifice, sans pour autant nier que toute la famille d'Al-Sadd a contribué à ce succès.

- D'aucuns pensent que le coach Cosmin a tout chamboulé en annonçant sa démission?

- Je respecte beaucoup Cosmin, qui reste un bon entraîneur, mais je pense qu'Al-Sadd ne va pas s'arrêter là, la direction peut ramener un meilleur entraîneur. Certes, on aurait voulu assurer la continuité s'il était resté, il a choisi de partir, il est libre.

- Vous allez voyager en France ?

- Oui, vous savez que j'ai la nationalité française, donc toute ma famille est là-bas.

- Vous êtes sûr que vous irez là-bas pour passer les fêtes de fin d'année ?

- Avez-vous la preuve du contraire ?

- Sincèrement, on a en notre possession des informations qui vous annoncent du côté de la Lazio dès le prochain mercato ?

- Ce ne sont que des rumeurs et je profite de l'occasion que vous m'offrez pour répondre à ceux qui colportent ces rumeurs : allez chercher des chômeurs, Nadir joue dans l'un des plus grands clubs du Qatar et il est content de ça.

- Donc, vous reviendrez au Qatar ?

- Bien évidemment, je suis sous contrat encore pour 3 ans, je suis un professionnel et j'ai joué dans de grands championnats. Je respecte chaque club pour lequel je joue, je suis bien à Al-Sadd et content d'y être, si je voulais partir, je l'aurais déclaré.

- Dites-nous franchement pourquoi avoir choisi le Qatar au détriment du championnat italien ?

- Il n'y avait pas que l'Italie, j'ai reçu des offres d'Angleterre, d'Ecosse et de France, mais le destin m'a amené ici à Al-Sadd.

- A cause de l'argent?

- Je vous mentirais si je vous disais le contraire, le joueur donne souvent l'avantage aux offres conséquentes. Mais il ne faut pas non plus négliger le nom de l'équipe.

- L'offre d'Al-Sadd était meilleure que celle de la Lazio ?

- Etant donné que vous me posez ces questions, je présume que vous en savez quelque chose. Oui, l'offre qatarie était meilleure.

- Comment avez-vous trouvé le championnat du Qatar ?

- C'est un championnat fort et ce qui le caractérise, ce sont ses équipes qui ont pratiquement le même niveau, vous n'avez qu'à voir ce qu'est en train de faire Lakhouya qui a pu terminer la première phase en tête du classement.

- Ne regrettez-vous pas d'avoir opté pour ce championnat ?

- Au contraire, ça m'honore vraiment de jouer dans ce championnat, de grandes stars mondiales y sont passées, à l'image de Batistuta, Leb?uf, De Boer, Guardiola et Abedi Pelé et autres Ramario, et Nadir n'est meilleur que ces derniers.

- Après avoir arraché la coupe, vous êtes appelés à confirmer ça en championnat?

- Ce n'est pas ça qui va nous motiver pour le championnat, mais plutôt les traditions du club et ses hommes.

- Pensez-vous que la sélection du Qatar peut créer la surprise lors de la prochaine Coupe d'Asie des nations ?

- La sélection qatarie possède trois atouts majeurs : de très bons et exceptionnels joueurs, un entraîneur qui connaît assez bien le foot asiatique plus précisément dans le Golfe, et puis vous allez jouer sur vos terres et devant vos supporters. Du coup, je ne vois pas pourquoi le Qatar ne rêverait pas du triomphe.

- Vous parlez de rêve, et il y a une grande différence entre un rêve et la réalité?

- Dans le foot, le triomphe commence toujours par un rêve, si tu joues une compétition sans ambition, ce n'est pas la peine de la jouer.

- Puisque c'est comme ça, est-ce que vous avez rêvé du Mondial avec l'Algérie au mois de juin dernier avant le début de la compétition ?

- Le rêve doit être logique et proche de la réalité, notre rêve à nous en Afrique du Sud était de donner le meilleur de nous-mêmes et honorer le football africain.

- Mais à votre grand désespoir, vous avez échoué?

- Qui a dit ça ? On n'a pas échoué, on a été corrects, face à la Slovénie, une erreur individuelle nous a coûté les points du match, face aux Anglais, on a tenu et on pouvait même l'emporter si on avait osé?

- Les observateurs pensent que si c'était l'Egypte qui était à votre place, elle aurait fait mieux?

- Il n'y a que Dieu qui peut le savoir, mais il faut le reconnaître, la génération d'Aboutrika, Al-Hadary et Motaeb et les autres méritaient le Mondial, c'est une équipe composée de joueurs de talent. Avec une cohésion exemplaire, mais la loi du foot a tranché, il fallait choisir une équipe, mais il faut le dire, on méritait tous les deux d'aller en Afrique du Sud.

- L'EN algérienne pourrait ne pas se qualifier à la prochaine CAN avec un match crucial face au Maroc, comment le voyez-vous ?

- On a toutes nos chances de se qualifier, le Maroc a aussi quelques petits problèmes qu'on tâchera d'exploiter pour gagner.

- Si l'un de vos coéquipiers en selection vous demandait de le conseiller de jouer ou pas au Qatar, quelle sera votre réponse ?

- Je lui répondrai par la positive, c'est un championnat respectable et assez fort, et les noms qui viendront ici ne seront pas meilleurs que leurs prédécesseurs, à l'image de Romario.

- Le Mondial atterrira dans un pays arabe en 2022, et c'est Doha qui sera à l'honneur, un commentaire ?

- Après que la FIFA aitaccordé jusqu'ici des «calmants» seulement aux pays arabes avec les Mondiaux des jeunes, elle a décidé, cette fois, de donner au Qatar son droit le plus absolu, le dossier présenté était fort et s'est automatiquement imposé, n'en déplaise aux détracteurs.

- Vous paraissez surexcité?

- Non, ce n'est pas de l'excitation, mais de la fierté, c'est vrai que j'ai un passeport français, mais je suis Algérien et Arabe et cette désignation a rendu tout ce monde fier.

- Cette désignation a facilité la réconciliation entre Raouraoua et Zaher, avez-vous suivi cela ?

- Pourquoi vous l'appelez un désaccord, c'est juste une surexcitation et tout s'est bien terminé grâce au Qatar, la concurrence entre les deux nations a toujours fait de leurs matches, des matches chauds, et la concurrence féroce n'existe qu'entre les lions.

- Un dernier mot?

- Je félicite la famille d'Al-Sadd pour la coupe décrochée et je souhaite bonne chance pour la sélection du Qatar lors de la coupe d'Asie. Je profite de l'occasion pour dire à notre public : je suis fier de jouer ici et je ne changerai pas les couleurs d'Al-Sadd.

Hassan Yebda, le métronome napolitain

Hassan Yebda, le métronome napolitain

Cesar Maldini l'a bien dit lors du mondial, « Yebda perd son temps à Portsmouth? » Attirant le regard de plusieurs recruteurs, Hassan Yebda, n'est pas du genre à se précipité, il a pris tout son temps, pour choisir une destination et un club ambitieux. Ce Franco-Algérien, aux origines Kabyles, comme un certain Zidane, gagne à être connu et reconnu.

« Par son physique imposant et sa vision du jeu, il a su ramener un plus à l'équipe. C'est un joueur très important dans mon dispositif », c'est par ces propos que Walter Mazzari a qualifié son joueur, Hassan Yebda.

Arrivé à Naples en aout dernier, les débuts de l'international algérien, ont été quelque peu laborieux, à cause de sa méforme physique due essentiellement à sa participation avec l'Algérie au mondial. C'est peu à peu, qu'il a su s'imposer dans l'effectif napolitain, réalisant de bonnes prestations lors de l'Europa League, Mazzari décide alors de lui faire confiance pour les matchs de Série A, en le faisant jouer onze fois, dont six comme titulaire.

Hassan Yebda mène sa carrière d'une façon très pragmatique, sous l'?il avisé de son grand frère, qui est son agent. C'est à l'AJ Auxerre qu'il fait ses classes, né en 1986 à Saint-Maurice, dans le Val de Marne, il intègre le centre de formation de l'AJA à 14 ans. Il évolue dans l'équipe réserve en CFA, jusqu'en 2006, où il est transféré au Stade Lavallois en Ligue 2, pour gagner du temps de jeu et s'aguerrir. Il y restera une saison, puis il traversera une période délicate dans sa jeune carrière, puisque son contrat avec l'AJA, a été rompu. C'est ainsi qu'il se retrouve au Mans, mais il n'intégrera le groupe pro qu'a la mi-saison.

A la fin de saison 2008, il décide de changer d'air, et c'est le Benfica Lisbonne qui l'accueille, et où, il réalise une excellent saison, avec 34 matchs à son actif et sept buts marqués.

Il attire les convoitises des clubs anglais. Il sera prêté pour la saison, 2009-2010 à Portsmouth, où il participe à la finale de la Cup Anglaise à Wembley, perdue face à Chelsea. Le club par la suite, fera face à une saignée de son effectif, suite à la décision de relégation pour cause d'endettement. Yebda atterrit au Napoli, à la grande joie des supporters napolitains et algériens, qui ont découvèrent en lui, un maestro au milieu du terrain.

Son arrivée chez les Verts

Après le changement de loi au niveau de la FIFA, concernant les joueurs qui ont évolué dans des sélections moins de 21 ans, et désirant changer de sélection, comme Yebda qui a porté le maillot des Bleus, l'ex-sélectionneur algérien Rabah Saâdane, saisi cette opportunité pour convoquer Yebda en équipe d'Algérie. Sa première titularisation, c'était le 19 octobre 2009 à Blida face au Rwanda, depuis il est devenu une pièce maitresse dans le système de jeu algérien. Adopté très vite par le public, il devient une star en Algérie, comme tous ses coéquipiers en sélection, surtout après la formidable épopée des qualifications à la CAN et le Mondial 2010. Jamais avare d'efforts sur le terrain, il a reçu les compliments de Saâdane : « Yebda est un joueur valeureux ».

Actuellement, plusieurs clubs désirent le recruter en rachetant son contrat au Benfica Lisbonne, auquel il est toujours lié. L'Athletico Madrid est en concurrence avec Naples, mais il semblerai que le club napolitain à une longueur d'avance sur l'autre club de Madrid, selon le site sportif italien, Itasport.

Ghezzal ,Je suis guéri, je reviendrai le 6 janvier contre Lecce»

Ghezzal ,Je suis guéri, je reviendrai le 6 janvier contre Lecce»

Le joueur de Bari est à l'arrêt depuis près de deux mois, il va attaquer, dans les prochains jours,……une remise en forme de deux semaines et tenter de retrouver la forme. Dans cet entretien accordé au quotidien sportif Al-Khabar Arriyadi, Ghezzal affirme avoir reçu un appel de la part du président de la FAF Mohamed Raouraoua, auquel il a expliqué qu'il allait mieux et qu'il travaillera dur pour retrouver la sélection.

- Bonsoir Kader, comment ça va ?

- Hamdoullah, je viens d'achever la période des soins et la rééducation fonctionnelle, je reprendrai aujourd'hui les préparatifs du reste de la saison avec mes coéquipiers.

- Cela veut-il dire que la blessure n'est qu'un mauvais souvenir ?

- Oui, je le pense. J'ai pris tout mon temps pour me soigner afin d'éviter de compliquer mon cas et je crois que cette fois, c'est bon.

- Vous êtes en Italie, alors qu'on vous croyait à Lyon ?

- J'ai déjà passé quatre jours avec ma famille en France et, à présent, je suis en route vers Rome où Bari va entrer en stage.

- Le stage aura lieu donc à Rome ?

- Oui, c'est l'entraîneur qui a choisi la capitale, car elle dispose de centres de préparation d'envergure. Et contrairement au stage de l'été, Bari effectue son stage hivernal à Rome.

- Et votre retour sur les terrains, ça sera pour quand ?

- Notre prochain match aura lieu le 6 janvier face à Lecce, j'espère vraiment être prêt pour ce chaud derby.

- La décision revient donc à présent à l'entraîneur ?

- C'est clair, le médecin a donné son feu vert, et après une semaine de préparation avec le reste du groupe, le coach décidera.

- Est-ce que Benchikha vous a contacté ?

- Non, il ne l'a pas fait, par contre, j'ai reçu un appel de Raouraoua et ça m'a fait plaisir.

- A ce point ?

- Oui, quand on reçoit un appel du président de la FAF, on ne peut qu'être heureux, c'est un signe d'intérêt.

- Et qu'est-ce qu'il vous a dit ?

- Il a demandé après mon état de santé et mon avenir à Bari, et je l'ai rassuré.

- Apparemment, vous avez oublié l'histoire de votre mise à l'écart ?

- (Il rit). C'est de l'histoire ancienne, je l'ai déjà oubliée.

- On sent que vous avez hâte de retrouver l'EN?

- Oh que oui, je veux revenir, car les prochains matches seront décisifs et je veux aider l'EN, notamment face au Maroc

Meghni, Kadir et Guedioura ne jouent pas depuis un bon moment, Benchikha ne pourra pas compter sur eux face au Maroc

Meghni, Kadir et Guedioura ne jouent pas depuis un bon moment, Benchikha ne pourra pas compter sur eux face au Maroc

Trois éléments, parmi les plus importants au sein de l'effectif de la sélection nationale, manquent cruellement de compétition, depuis plusieurs mois, en raison de graves blessures qu'ils ont contractées.

Il s'agit de Mourad Meghni de la Lazio de Rome, qui n'a plus rejoué depuis la précédente édition de la CAN 2010 en Angola, en raison de sa blessure assez grave et compliquée au genou, Fouad Kadir qui s'est blessé au début du championnat de France lors du match face à l'OM, avec rupture d'un ligament du genou qui l'a contraint à observer un arrêt de la compétition d'une durée de six mois et Adlène Guedioura, victime d'une fracture du péroné, dans le championnat d'Angleterre.

Ces trois éléments dont la valeur est reconnue par tous, qui se sont, il faut le dire au passage, bien soignés et donc pris en charge comme il se doit, ne sont pas pour autant opérationnels. En effet, ils poursuivent leurs séances de rééducation et n'ont jusqu'à présent pas encore repris la compétition. Il est clair que lorsqu'on reste longtemps sans jouer, suite à une grave blessure, le retour à la compétition se fait progressivement et n'est, le plus souvent, pas aussi facile qu'on pourrait le croire.

Il ne veut faire appel qu'à ceux qui seront au top

Il reste trois mois avant l'important rendez-vous contre le Maroc, pour le compte des éliminatoires de la CAN 2012, comme tout le monde le sait, ce sera la rencontre au sommet du groupe D de l'Algérie, entre les deux plus sérieux prétendants à la qualification à la prochaine CAN, même s'il ne faut surtout pas diminuer de la valeur des autres adversaires que sont la Tanzanie et la République Centrafricaine, qui, jusque-là, ont affiché de bonnes dispositions.

Le Maroc, qui connaît lui aussi une période difficile ces dernières années, est en train de se retaper une santé, avec la venue d'un entraîneur de renom, nous avons cité Eric Gerets et une pléiade de joueurs de talent qui évoluent dans des clubs huppés d'outre-mer, avec en chefs de file Chamekh et Hadji. Ce sera un redoutable adversaire pour les Verts, même si la prochaine opposition entre les deux sélections nationales se déroulera en Algérie.

Pour cela, il faudra absolument que l'équipe nationale soit à son top le jour «j». Ainsi, le sélectionneur national, Abdelhak Benchikha, qui dispose d'un large panel de joueurs, qu'ils évoluent en Algérie ou à l'étranger, devrait être en mesure de mijoter un plan de jeu qui permettra aux Verts de battre le Maroc, car tout autre résultat que la victoire hypothèquera sérieusement les chances de l'EN d'arracher la qualification à la prochaine CAN qui sera conjointement organisée par le Gabon et la Guinée équatoriale.

Il sait qu'il ne dispose pas d'assez d'opportunités pour préparer l'équipe

L'EN, qui a pris part à la dernière CAN en terres angolaises et à la précédente coupe du monde au pays de Nelson Mandela, a enfin retrouvé le standing qui était le sien à une certaine époque. Pour cela, ce qui a été mis en route depuis ces deux dernières années, doit permettre aux Verts d'aller de l'avant, au risque de connaître des jours qui déchantent et de sombrer dans l'indifférence.

L'engouement et la ferveur suscités autour de l'équipe d'Algérie ne doivent pas s'estomper comme un feu de paille, comme on dit. Pour réussir son coup, Benchikha doit avoir l'intelligence et la subtilité de faire appel aux éléments, les meilleurs du moment, en tous point s de vue, qui épouseront sa tactique, de telle sorte à ce que la mayonnaise prenne vite, du fait qu'il ne disposera pas d'assez de temps et d'opportunités pour préparer son équipe, en dehors des dates FIFA.

Dans ces conditions et franchement, on ne voit vraiment pas comment, il pourra compter sur Meghni, Kadir et à un degré moindre Guedioura, qui ne pourront être au top de leur forme d'ici-là, alors qu'ils n'ont pas de rencontres dans les jambes depuis un bon moment (?!) Ce qui est sûr, c'est qu'en face Eric Gerets, un entraîneur de métier qui n'est plus à présenter, connaissant sa rigueur et son intransigeance, en plus du fait qu'il soit très exigeant, qu'il digère mal les échecs, ne fera aucun cadeau aux Verts. Pour dire qu'il ne comptera que sur les éléments de son effectif qui seront prêts à 100%.

Surtout, il ne prendra aucun risque qui pourrait mettre la sélection en péril

Pour l'EN qui a mal entamé ces éliminatoires de la CAN 2012, il s'agira de faire le plein lors des rencontres à venir. Benchikha, en homme averti, qui sait à quoi s'en tenir, ne compte certainement prendre aucun risque inutile qui pourrait mettre la sélection nationale en péril. Il est parfaitement conscient de la lourdeur de la mission qu'il a acceptée d'assumer en succédant à Saâdane, qui a préféré mettre un terme à sa belle aventure avec les Verts, suite au semi-échec concédé à domicile contre la Tanzanie et la vague de critiques qui s'est abattue sur lui.

C'est pourquoi, s'agissant de Meghni, Kadir et Guedioura, on dira, qu'à moins d'un retour tonitruant de l'un d'entre eux en compétition officielle, ils ne devraient logiquement pas figurer dans ses plans. Il ne peut baser, dès à présent, sa stratégie de jeu avec ses différentes variantes, comme on le suppose, en se basant sur des éléments dont il ne serait pas certain de pouvoir disposer lorsqu'approchera sensiblement la date de la rencontre face aux Marocains. Cela, parce qu'ils ne seront pas encore à leur top. C'est pourquoi, il est presque certain que Mourad Meghni, Fouad Kadir et à un degré moindre Adlène Guedioura, ne feront pas partie de ses plans pour le fameux match face aux Lions de l'Atlas. Que décidera néanmoins Benchikha ? On le saura bien le moment venu.

Le cas particulier de Halliche

Pour ce qui est de l'un des piliers de la défense des Verts, Rafik Halliche, il s'agit d'un cas différent des trois autres joueurs. Certes, il a contracté une blessure à la cheville, qui l'a contraint d'observer une certaine période de repos pas très conséquente.

En effet, l'ex-libéro du National Madeira ne joue pratiquement pas en équipe première, depuis qu'il a rejoint le club british de Fulham, qui évolue dans l'un des championnats les plus huppés du monde, car son entraîneur Marc Hugues lui préférerait un autre défenseur, mais Halliche, à la différence de Meghni, Kadir et Guedioura, s'entraine régulièrement et prend part parfois à des rencontres avec l'équipe réserve de Fulham. Son coach est en train de le préparer comme il se doit, en lui accordant le temps d'adaptation nécessaire qui lui permettra de rentrer de plain-pied dans la compétition, lorsqu'il jugera le moment propice venu pour son poulain. Il compte d'ailleurs, selon nos information le mettre dans le bain très prochainement. Pour le moment, il n'est que remplaçant.

Connaissant la valeur de ce joueur et sachant qu'il se prépare dans les meilleures conditions et qu'il est apte à jouer à n'importe quel moment, Benchikha lui fera appel à chaque regroupement de l'équipe nationale. Il le lui a déjà fait savoir afin qu'il garde le moral et qu'il reste motivé et mobilisé. Si à partir du mois prochain, Hugues le fera jouer comme cela serait dans ses plans, croit-on savoir, Benchikha pourra compter sur lui, en tant que titulaire face au Maroc, du moment qu'étant opérationnel, il demeure compétitif, avec la cadence des entraînements en Angleterre, même s'il n'est pas titulaire à part entière, jusqu'à présent. M. A. A.

on moment Benchikha ne pourra pas compter sur eux face au Maroc

Ziaya ne sera pas appelé

Ziaya ne sera pas appelé

L'ex-goléador de l'ESS et actuel attaquant de l'Ittihad Djeddah, ne fait pas partie des plans du sélectionneur national. Ce dernier ne compte pas lui faire appel à l'avenir. Il faut dire que Ziaya n'a jamais réussi à s'imposer en sélection, à chaque fois qu'il en a eu l'occasion.

Rien n'est décidé pour Ghezzal, Amri et Abdoun

Habituellement convoqués en sélection, Ghezzal, Amri et Abdoun, qui n'ont pas été retenus par Benchikha lors du dernier regroupement des Verts, ne désespèrent pas d'être à nouveau appelés. Pour ce qui est de la décision du sélectionneur national à leur sujet, rien n'a été décidé pour le moment les concernant. Mais la porte leur reste ouverte.

Possible convocation de Bezzaz

Blessé lors de la CAN 2010, le joueur de l'ESTAC Troyes, Yacine Bezzaz, pourrait revenir en sélection dès le prochain regroupement, selon certaines indiscrétions. Retrouvant progressivement ses moyens, il a gagné enfin sa place de titulaire depuis au moins les cinq dernières rencontres de championnat de son équipe. Benchikha compte le mobiliser dès à présent, sachant qu'il s'est souvent montré utile et parfois même décisif à l'attaque des Verts.

M. A. A.

Djebbour tout près d'un accord avec le Panathinaïkos

Djebbour tout près d’un accord avec le Panathinaïkos

A l'approche de l'ouverture du marché des transferts d'hiver, les spéculations vont bon train en Grèce, comme partout en Europe d'ailleurs, concernant les arrivées et les départs de joueurs de Super League.

Dans ce registre, la presse grecque a évoqué avec insistance le probable transfert de l'attaquant algérien de l'AEK Athènes, Rafik Djebbour,  vers l'autre club rival d'Athènes, le Panathinaïkos. Ainsi Djebbour, qui est devenu ce qu'on peut appeler l'attraction des médias grecs à l'heure actuelle, serait même tout près d'un accord avec les responsables du Pana, rapporte  le site internet «Sport Dog».

Il formera un duo de choc avec Cissé
Toujours selon le site spécialisé grec, le Panathinaïkos aurait entamé les négociations avec l'attaquant algérien Rafik Djebbour, il y a de cela une année. La direction du club athénien, champion de Grèce l'année passée,  a trouvé en l'Algérien le profil idéal pour former un duo de choc avec l'international français Jibril Cissé, l'année prochaine. «C'est le joueur le mieux indiqué pour Cissé devant. Ils parlent tous les deux  français et cela est un paramètre très important», a  rapporté «Sport Dog», hier.

Kostas Antonio se chargera de le convaincre
L'information est rapportée par «Sport Dog», et confirmée par le site du célèbre journal grec la Gazetta : la forte relation qui lie l'attaquant algérien de l'AEK Athènes, Rafik Djebbour, au directeur sportif du Panathinaïkos, Kostas Antonio, pourrait bien peser lourd dans la balance. L'on apprend à ce sujet que ce dernier est tout le temps avec Djebbour qu'il tente de convaincre de signer au Pana.

Il est quasi certain qu'il aille au Panathinaïkos
La presse grecque est unanime : Rafik Djebbour ne renouvellera pas à l'AEK Athènes. Son départ est estimé à 90%. Sa prochaine destination serait sans l'ombre d'un doute le Panathinaïkos avec qui il serait en pourparlers avancés. Certains en Grèce l'ont annoncé comme le remplaçant de Cissé, si ce dernier venait à quitter le club.

Adamidis : «On a tout essayé pour convaincre Djebbour de prolonger»
Après quelques jours de repos accordé aux joueurs, l'AEK Athènes entamera aujourd'hui sa préparation pour la seconde moitié de la saison. La presse grecque a rapporté dans son édition d'hier que les dirigeants de l'AEK n'attendent que le retour du coach espagnol, Manuel Jiminez, pour arrêter l'effectif qui aura à défendre les couleurs du club durant cette phase retour

. Après une semaine passée en Espagne, Jiminez est attendu ce mercredi au plus tard à Athènes. D'autre part, le président du club de la capitale grecque, Adamidis, a annoncé aux journalistes qu'il a épuisé toutes ses tentatives de convaincre les deux joueurs clés de l'AEK, Ismaël Blanco et l'Algérien Rafik Djebbour, de renouveler.  Ainsi, dans une soirée organisée dimanche, le jeune président de l'AEK Athènes a été harcelé par des supporteurs du club athénien désireux de savoir si Djebbour et Blanco avaient accepté de prolonger à l'AEK ou pas. Suite à quoi, Adamidis a répondu : «Comme tout le monde sait, on a tout essayé pour les convaincre de prolonger leur bail. On est en contacts permanents avec l'entraîneur Jiminez qui reste le seul responsable du volet effectif. Au risque de me répéter, on a tout tenté pour  s'assurer les services de Djebbour et Blanco pour une durée encore plus longue, en vain !»

«L'Avenir de l'AEK est plus important pour moi»
Selon la presse locale, le président Adamidis serait très remonté envers ses deux joueurs, Djebbour et Blanco, qui n'ont pas encore répondu à la proposition présentée par la formation grecque de  Super League, l'AEK Athènes. D'ailleurs, interrogé à propos de ces deux éléments, Adamidis a été on ne peut plus clair : «On fait tout pour arranger les choses au niveau du club. On ?uvre toujours pour le bien de l'équipe. L'avenir de l'AEK est plus important que toute autre chose.»

Samedi, il pourra signer pour le club de son choix
Comme le stipule une clause de son contrat, Rafik Djebbour, qui n'a pas encore renouvelé avec l'AEK Athènes, serait libre de signer pour le club de son choix à partir de samedi prochain.  C'est d'ailleurs la raison pour laquelle les responsables de l'AEK sont en train de tout faire pour faire prolonger leur meilleur buteur.