mercredi 30 juin 2010

Les techniciens étrangers et l'en:Rogov, la seule satisfaction

Les techniciens étrangers et len:Rogov, la seule satisfactionL’EN est sans entraîneur depuis hier, où le contrat de Rabah Saâdane a expiré et le débat fait rage sur l’avenir du onze national qui reste sur une participation au Mondial 2010 en deçà des attentes de ses fans.

Nombre d’observateurs réclament le recrutement d’un driver étranger d’envergure.

Rares pourtant sont les techniciens étrangers qui ont réussi à la barre technique de l’EN. Depuis l’indépendance, seul un coach d’outre-mer a donné satisfaction, le regretté Guennadi Rogov en l’oc! currence.

C’est cet inoubliable technicien russe, réputé par sa rigueur et discipline, qui a mené les Verts vers leur première qualification au Mondial, en compagnie des deux entraîneurs du cru, Mohamed Maouche et Rabah Saâdane. C’est le seul exploit réalisé par un étranger dans l’histoire de la balle ronde nationale. Les autres performances ont été l’?uvre de locaux, Saâdane en 1986 et 2010, et Kermali en 1990.

Beaucoup expliquent l’échec des étrangers par leur incapacité à gérer et à comprendre la mentalité un peu spéciale du joueur algérien, d’ici ou de l’émigration. Neuf techniciens étrangers ont été engagés depuis l’indépendance, en l’occurrence Lucien Leduc, Valentin Makkri (Roumanie), Zdravko Rajkov (ex-Yougoslavie), Guennadi Rogov (ex-URSS)

Marcel Pigulea (Roumanie), Mircea Radulescu (Roumanie), Georges Leekens (Belgique), Robert Waseige (Belgique) et Jean-Michel Cavalli (France).

Cert! ains d’entre eux avaient fait de petites piges seulement! , à l’image de Rajkov, Pigulea et Radulescu. Le bilan des précédentes expériences ne plaide pas, en tout cas, en faveur des techniciens étrangers. Même les dernières mésaventures des Ivoiriens, des Camerounais, des Sud-Africains et des Nigérians doivent donner à réfléchir aux responsables du football national.

Les fédérations de ces pays africains ont cassé leur tirelire pour engager des entraîneurs étrangers de renom, à savoir le Brésilien Carlos Alberto Parreira, les Suédois Sven Goran Eriksson et Lars Lagerback, sans réussir à atteindre l’objectif escompté, soit passer au moins au second tour du Mondial. Raouraoua doit y réfléchir à deux fois?

L. B.

-- Delivered by Feed43 service

Transferts : L'Algérien Nadir Belhadj sur les tablettes de l'Inter Milan

Le défenseur international algérien Nadir Belhadj intéresse le club italien de l'Inter Milan qui voudrait enrôler le joueur de Portsmouth (D2 anglaise) pour la prochaine saison, rapporte mercredi la presse italienne spécialisée. Selon le quotidien sportif "La Gazzetta dello Sport", le dirigeant du club lombard Marco Branca va entamer les pourparlers avec les responsables de Portsmouth pour trouver un terrain d'entente concernant l'arrière gauche des Verts qui "a impressionné par son rendement durant le Mondial sud-africain". Ce transfert vise à pallier le probable départ du Brésilien Maicon vers le Real Madrid, et ce même ! si les deux joueurs évoluent dans un couloir différent, explique le journal aux pages roses.
Après les deux clubs de la capitale, l'AS Rome et la Lazio Rome, l'Inter, champion d'Italie et champion d'Europe en tire, est la troisième équipe italienne à s'intéresser à l'ancien joueur de Sedan, Lens et Lyon. La Lazio a formulé mardi une première offre de 3 millions d'euros à Portsmouth pour s'attacher les services de Belhadj. Un prix que les dirigeants anglais ont jugé insuffisant pour un joueur international et demandent 4 millions, selon le quotidien spécialisé "Corriere dello Sport".
Le joueur a indiqué mardi qu'il n'y avait aucune nouveauté concernant les contacts avec le club "biancoceleste", mais qu'il est intéressé par un transfert en Italie, où le championnat est "de haut niveau". "J'aimerais bien jouer à Rome. On parle d'un club important qui évolue dans un championnat de haut niveau avec beaucoup d'équipes compétitives. Nous allons voir si le tr! ansfert va aboutir mais ce qui est sûr, c'est que mon aventur! e avec Portsmouth est terminée", a déclaré le défenseur de 28 ans à la presse italienne.
Aps

Quel sélectionneur pour les Verts ?

Quel sélectionneur pour les Verts ?L'EN s'apprête à gravir un échelon pour (re)devenir conquérante sur la scène africaine, puisque l'objectif à court terme est la CAN 2012.

Si une bonne partie de la «classe footballistique» s'accorde à rendre hommage à Saâdane, qui a réussi à mettre l'EN sur les rails de la victoire, cette même classe pense à présent qu'avec les joueurs qu'il y a dans ses rangs, l'EN ne peut se contenter du rang du «gagne-petit».

…Ses ambitions sont devenues tellement importantes qu'elle a besoin d'une grosse pointure pour atteindre ses nouveaux objectifs. Un nouveau coach étranger d'envergure ! est le v?u d'une partie de cette frange, alors que l'autre partie pense toujours que la pâte locale doit bénéficier de plus de confiance et de considération. Le débat est (re) lancé.

Assad : «Une réforme politique s'impose»

Pour l'ailier de charme Assad, la question d'un entraîneur ne mérite même pas d'être évoquée en premier lieu, et ce n'est certainement pas par le changement du staff que notre football retrouvera les cimes par enchantement.

«A mon avis, il faut au préalable changer radicalement le système, les pseudo-dirigeants qui gravitent et gèrent le sport-roi sont pointés du doigt par tous les observateurs, les résultats et la dévalorisation du technicien local en sont la preuve irréfutable de l'échec des instances», a déclaré l'ancienne coqueluche des Vert et Blanc, avant de poursuivre : «Eriksson est une grosse pointure, je n'en disconviens pas, mais un entraîneur de sa trempe avec son professionnalism! e pourra-t-il réussir à hisser notre sélection vers le haut ? ! Cet entraîneur est censé collaborer avec des responsables qui n'ont que de visées personnelles, les anciens joueurs et techniciens sont marginalisés à tel point que les Algériens voient en le coach étranger un messie.»

«Moi, honnêtement, je fais confiance au produit local si, toutefois, il sera accompagné d'un programme bien défini et la mise en place d'une stratégie à la mesure des objectifs. En disposant de joueurs de talent formés à l'algérienne comme cela se faisait auparavant, cela facilitera certainement le travail du technicien local ou étranger. A notre époque, l'équipe nationale avait en son sein une quarantaine de joueurs d'égale valeur et chacun aspirait à jouer titulaire. Actuellement, nous n'avons aucun joueur en sélection, est-ce la faute du technicien ou celle de l'équipe dirigeante qui a failli dans sa mission ?

Une défaite est perçue comme un bon résultat, voilà où nous en sommes avec cette politique.» Et de lancer : «La présence des anciens j! oueurs et techniciens est primordiale. De par le vécu footballistique et la discipline, notre football retrouvera peut-être ses lettres de noblesse et cela passera par le départ de certains dirigeants.»

Belloumi :

«Le technicien étranger a une longueur d'avance»

Considéré par les puristes comme l'un des meilleurs joueurs africains de tous les temps, Lakhdar Belloumi reconnaît toutefois qu'«un entraîneur de renommée mondiale, comme Eriksson, sera une bonne opportunité pour notre football. Il a été à la tête des plus grands clubs européens et des équipes nationales, son apport sera aussi bénéfique pour les joueurs que pour les assesseurs, ils auront à apprendre les rudiments du haut niveau.

Il apportera la touche du professionnalisme qui manque tant à notre sport-roi, mais cela ne diminue en rien de la qualité locale qui reste perfectible.» Par rapport au choix qu'aura à prendre la Fédération entre la recon! duction ou le départ de l'actuel staff, l'ancien numéro dix affirme : «! Du moment que la composante de l'équipe nationale est très étoffée, le choix de l'entraîneur ne devrait en aucune manière poser problème, il suffit de conjuguer cet acquis avec de la compétence pour obtenir une équipe homogène et prête. Mais ce que je déplore personnellement, c'est le manque de considération des responsables à l'encontre des anciens joueurs. De par notre expérience sur les terrains, on pourra être très utiles, et la nouvelle génération pourra tirer profit de notre vécu.» Il ne terminera pas sans ajouter : «Après le FLN, c'est à nous de porter le flambeau. Et à cet effet, il est temps de faire le ménage pour laisser la place à ceux qui peuvent ramener un plus au football. Que les opportunistes cessent de se sucrer sur le dos de ce sport.»

Sandjak : «L'Ouganda n'est pas Wembley»

Le choix quant à la succession de Saâdane ou sa reconduction avec bien sûr l'élargissement de son staff technique n'est pas chose aisée. Dans ce sens, l'ex-sélectionneur! national, Nacer Sandjak, dira : «Je ne crois pas qu'une grosse pointure puisse apporter le plus souhaité, essentiellement quand il s'agit de l'Afrique.

Concernant Eriksson, c'est un entraîneur qui a accumulé une expérience très importante en Europe. Malheureusement, cela reste insuffisant pour le continent noir, parce que diriger une rencontre à Wembley n'a rien de comparable à celle jouée en Ouganda, où la culture africaine et l'arbitrage sont des facteurs déterminants.

Un entraîneur d'envergure ne viendra jamais pour s'aventurer. Si les moyens et les conditions de travail ne sont pas réunis, il ne fera pas long feu. Donc, Eriksson ou un autre, il y a le choix des hommes, le travail qui n'est pas le même qu'en Europe, et avec la mentalité qui est la nôtre, je pense qu'il lui sera très difficile de mener sa mission à son terme.

Néanmoins, l'équipe nationale sera mieux protégée par les autres instances et l'arbitrage seulement.» En poursuivant, Sandjak ! affirme : «A l'exception du Serbe qui est à la tête du Ghana depuis que! lques années déjà, le choix porté sur cet entraîneur s'est avéré judicieux. Il s'est bien fondu dans le moule en saisissant parfaitement la mentalité de ses joueurs, d'où la réussite et l'ascension de son équipe qui prend de l'ampleur. Sinon, les autres techniciens, pour une raison ou une autre, ont raté leur passage.

Pour les Verts, les spécificités sont par ailleurs incontestables. Il faut prendre en considération que les Algériens sont des connaisseurs, de grands supporters et des passionnés du foot, donc un entraîneur est un choix délicat, c'est un tout.»

Quant à l'élargissement du staff, il dira : «C'est aussi délicat parce que multiplier les hommes, c'est également multiplier les problèmes, mais cela reste une bonne initiative, quoique le choix des hommes est aussi difficile. Cependant, la collaboration de ces hommes sera bénéfique pour la sélection si toutefois la hiérarchie sera respectée.»

Menad :

«Je suis pour un staff élargi»

«V! isiblement, nous avons apparemment la mémoire courte, l'entraîneur étranger détient-il les solutions à nos problèmes ? Arrivera-t-il pour autant à régler l'inefficacité offensive ? La réponse à ces questions est ailleurs», a déclaré celui qui a été le meilleur buteur de la CAN 90, Djamel Menad. Pour lui, il y a un problème d'entraîneur, mais d'autres paramètres sont à prendre également en considération.

«Le problème d'entraîneur existe bel et bien, mais par définition de rôle, il faudrait redéfinir et limiter les prérogatives de toutes les personnes travaillant au niveau de la sélection.

Le technique et la gestion, par exemple, sont deux professions totalement différentes, et personne ne doit s'immiscer dans le travail de l'autre, première chose d'abord à corriger. Pour l'entraîneur étranger, on en a déjà eu affaire durant les dernières années, et c'était un échec total, avaient-ils ramené le plus pour lequel ils ont été recrutés ? Non.

Alors au lieu de! spéculer sur un éventuel coach étranger, il faudrait revoir la politiq! ue sportive, le tempérament du joueur algérien, la discipline, la tactique et surtout accepter sans contester les choix du coach, voilà le grand chantier auquel les dirigeants devraient s'y atteler. Je suis contre l'idée de ramener un entraîneur d'outre-mer.

Lors du Mondial, on a bien constaté que ce sont les techniciens locaux qui sont en train de réussir, à l'image de la Corée du Sud, du Japon et bien d'autres. Maintenant si on offre les moyens au technicien local, que l'on protège et le laisse travailler à long terme, il accomplira des merveilles. Dommage qu'on ne lui fasse pas confiance. Sincèrement, je ne suis pas emballé, mais un staff élargi, c'est autrement différent, je suis entièrement d'accord.»

Et de poursuivre : «Avec plusieurs préparateurs physiques et des adjoints pour des tâches bien précises, chaque compartiment sera désormais suivi par un entraîneur et tout cela sera chapeauté par l'entraîneur en chef qui aura le dernier mot.»

Concerna! nt la qualité de jeu, Menad affirme : «On a dénaturé notre style de jeu à l'algérienne basé sur la créativité et le jeu instinctif, c'est pour cela qu'on n'arrive pas à se transcender. Je ne mets pas en cause la qualité des joueurs formés en Europe, mais les performances enregistrées auparavant plaident en faveur du local.»

-- Delivered by Feed43 service

Boudebouz «Oui, contre les USA, j'étais affecté, mais par la défaite»

Algeria's midfielder Riad Boudebouz shoots the ball during the Group C first round 2010 World Cup <a href='http://football.endz.co.cc/'>football</a> match England vs. Algeria on June 18, 2010 at Green Point stadium in Cape Town. NO PUSH TO MOBILE / MOBILE USE SOLELY WITHIN EDITORIAL ARTICLE - AFP PHOTO / PAUL ELLIS (Photo credit shou!  ld read PAUL ELLIS/AFP/Getty Images)??????????«Saâdane m’a offert un Mondial, comment pourrais-je le critiquer ?» «Il ne m’a pas promis d’être titulaire face aux USA» «Je sais que je suis le chouchou du public et je vais le satisfaire»

Tout en avouant qu’il aurait aimé avoir plus de temps de jeu, l’international algérien a tenu à démentir avoir remis en cause les choix de Saâdane lors du dernier match face aux USA.

Il affirme, à cet effet, que le sélectionneur national ne lui a jamais promis de le faire jouer titulaire et que les propos qui lui ont été attribués dans le journal français, l’Alsace, en l’occurrence, ne sont que pure invention.

Aussi, il revient dans cet entretien sur le parcours de l’équipe, sur sa belle prestation face à l’Angleterre, sur son avenir avec Sochaux et sur d’! ;autres choses. Suivons-le.

- Quelle appréciation porte! z-vous sur la participation de l'équipe nationale au Mondial sud-africain ?

- Je crois qu'après 24 ans d'absence en Coupe du monde, notre participation est satisfaisante. Il y a eu des changements dans l'équipe et au vu de nos prestations, je dirais que c'est un parcours honorable. On a une équipe et je suis persuadé qu'elle fera de meilleurs résultats lors du prochain Mondial au Brésil.

- Même si l'équipe n'a glané qu'un seul point en trois rencontres, les supporters estiment que l'Algérie dispose d'une bonne équipe qui a un avenir prometteur?

- Absolument, on a affronté de grosses équipes en Afrique du Sud et on n'a pas été ridicules. On s'est fait éliminer, certes, au premier tour, mais on a laissé une bonne impression.

Certains pensaient qu'on allait se faire ridiculiser en perdant tous nos matches par des scores lourds, mais ça n'a pas été le cas. Au contraire, on a tenu tête à l'Angleterre et aux USA, le! s deux favoris de notre groupe. On n'a pas à rougir de cette élimination, même si notre souhait était de se qualifier au deuxième tour.

- Ne pensez-vous pas que vous avez raté la qualification au deuxième tour en s'inclinant lors de votre premier match face à la Slovénie, une équipe qui était pourtant à votre portée, qu'en dites-vous ?

- Effectivement, si on n'avait pas raté le premier match face à la Slovénie, on aurait pu décrocher le billet qualificatif pour les 1/8 de finale. Le faux pas était interdit face aux Slovènes, malheureusement, on s'était inclinés par un but à zéro.

- Savez-vous que pour le public algérien vous êtes la révélation de cette équipe nationale en Afrique du Sud ?

- Sans aucune prétention, je dirais que je ne me suis pas exprimé comme je le souhaitais. Je peux faire mieux à l'avenir, car je sais ce dont je suis capable. Cela dit, j'étais en mesure de faire mieux que ce que j'ai fait face à l'Angleterre.

- En Algéri! e, on ne parle que de vous et vous êtes devenu le chouchou de tous les ! fans?

- Je sais que ma popularité a monté en flèche. On m'a dit que je suis devenu l'un des chouchous des fans. Je promets à ces derniers de faire de mon mieux pour être à la hauteur de leurs attentes. Leur soutien nous a fait énormément plaisir et on ne lésinera pas sur l'effort pour les satisfaire.

- Votre équipier, Carl Medjani, nous a confié que vous êtes pétri de qualités et que l'avenir vous appartient?

- C'est très gentil de sa part. Je suis encore jeune et je travaille d'arrache-pied pour être toujours à la hauteur de la confiance placée en moi. Je garde les pieds sur terre et je ne crois qu'au travail.

- Dans une interview parue dans l'Alsace, vous avez déclaré que l'entraîneur Rabah Saâdane vous avait promis de jouer titulaire face aux USA?

- Je n'ai jamais dit une chose pareille. Je crois que certaines personnes ont des comptes à régler avec Saâdane et ils ont inventé cette histoire. Trouvez-vous normal que je critique un entraî! neur qui m'a donné la chance de disputer une Coupe du monde à l'âge de 20 ans. Le sélectionneur national me respecte et moi aussi j'ai beaucoup de respect pour lui.

- Vous n'avez pas donc tenu ces propos au journal l'Alsace?

- Au risque de me répéter, je n'ai pas tenu ces propos. Ce n'était qu'une invention et je ne pourrai jamais dire des choses pareilles. Saâdane m'a donné ma chance en me convoquant pour la Coupe du monde et je ne l'ai jamais critiqué.

- Saâdane vous a-t-il dit que vous n'allez pas être aligné lors du dernier match face aux USA ?

- Il ne m'a rien dit. Il ne m'a pas incorporé face aux USA et je respecte ses choix.

- Vous étiez sans nul doute déçu de ne pas jouer face à la sélection des USA?

- Vous savez, j'étais affecté beaucoup plus par la défaite que par mon non- alignement face aux USA. Si je ne joue pas et que l'équipe gagne, je serai l'homme le plus heureux.

- Ce qui compte pour vous, c'est l'intérêt de! l'équipe alors?

- Bien sûr, l'intérêt de l'équipe prime sur tou! s. Je pense que certaines personnes veulent s'attaquer au sélectionneur national et ils n'ont pas trouvé mieux que d'utiliser des propos que je n'ai jamais tenus.

- Vous auriez aimé quand même bénéficier de plus de temps de jeu possible?

- Je n'ai joué que 75 minutes durant ce Mondial, mais c'est déjà quelque chose. Je ferai de mon mieux pour bénéficier de plus de temps de jeu à l'avenir.

- Votre objectif est de vous frayer une place de titulaire indiscutable sur l'échiquier des Verts?

- Tout joueur ambitieux espère jouer titulaire. Le Mondial a été ma première expérience avec la sélection algérienne, et désormais, je travaillerai encore d'arrache-pied pour bénéficier d'un temps de jeu conséquent.

- Cette Coupe du monde vous a permis de gagner en confiance et en expérience, n'est-ce pas ?

- Oui, cette participation à une compétition de haut niveau, comme la Coupe du monde, m'a permis de gagner en expérience. Je n'ai que 20 ans et je! sais que je pourrai faire de belles choses à l'avenir. Je suis quelqu'un qui garde les pieds sur terre et je continuerai à me donner à fond pour m'imposer.

- Avec du recul, ne croyez-vous pas que la qualification était jouable ?

- On avait tout fait pour se qualifier au deuxième tour. On avait un bon coup à jouer et c'est tout à fait normal qu'on soit déçus par l'élimination. Cependant, on doit prendre les choses du bon côté, surtout que l'équipe a laissé une bonne impression en Afrique du Sud. Cette participation nous servira davantage pour les échéances à venir et c'est à nous maintenant de faire mieux dans les prochaines compétitions.

- On a remarqué que face à l'Angleterre, l'équipe a joué avec la rage de vaincre afin de se ressaisir de son échec face à la Slovénie?

- J'avoue que les déclarations des Anglais nous ont fait très mal. Pour eux, le match était gagné avant qu'il ne se joue. Il fallait donc leur prouver qu'on a une bonne équipe et! qu'en football, un match se gagne sur le terrain. On leur a tenu la dr! agée haute et on les a même dominés. En plus, on devait réagir après notre échec face à la Slovénie, vu qu'on n'avait pas droit à un autre faux pas. Cela dit, c'était un match à ne pas rater et j'estime qu'on a bien réagi.

- Les déclarations des Anglais n'avaient fait que stimuler encore plus le groupe, surtout qu'ils avaient manqué de respect à la sélection algérienne?

- Evidemment que leurs déclarations nous ont motivés pour se surpasser. Wayne Rooney pour ne citer que celui-ci avait déclaré avant le match qu'il ouvrira son compteur buts face à l'Algérie. Mais, le jour de la rencontre il n'a rien fait. On a prouvé aux Anglais que la sélection algérienne a une bonne équipe et qu'elle mérite tous les égards. Cela dit, on n'a pas été impressionnés par les Anglais et on a joué notre football. On leur a prouvé qu'ils ne doivent en aucun cas sous-estime leurs adversaires et qu'en football, rien n'est acquis avant que l'arbitre ne siffle la fin de la rencontre.

!

- Le sélectionneur national vous a sûrement félicité pour votre belle prestation face à l'Angleterre?

- L'entraîneur Rabah Saâdane a félicité tous les joueurs à la fin de la rencontre qu'on a jouée face à l'Angleterre. Il a encouragé tout le groupe pour tous les efforts déployés durant cette confrontation.

- Le match face à l'Angleterre reste une référence pour tous les Algériens?

- On a fait un match plein face à la sélection anglaise. On l'a même dominée par moments et on aurait pu l'emporter. On nous a piqués dans notre amour-propre et on était déterminés à faire le meilleur résultat possible. Je crois que notre public a beaucoup apprécié la prestation de l'équipe.

- Le gardien Raïs Mbolhi a marqué cette Coupe du monde en réalisant de belles prestation face respectivement à l'Angleterre et les USA, qu'avez-vous à dire sur lui ?

- Dès que je l'ai vu aux entraînements, j'ai vite compris que c'était un très bon gardien. A mon avis, il ! n'a que confirmer son talent durant cette Coupe du monde. Il a d'énorme! s qualités et il a l'avenir devant lui.

- Le pensionnaire de Valenciennes, Fouad Kadir, a, lui aussi, donné satisfaction durant ce Mondial?

- Kadir a fourni de belles prestations avec son équipe dans le championnat français. Lui aussi n'a fait que confirmer ce dont il est capable dans cette Coupe du monde. C'est un bon joueur.

- L'attaque des Verts n'a marqué aucun but dans cette Coupe du monde, comment expliquez-vous cette inefficacité ?

- L'équipe a été remaniée et n'a pas encore ses automatismes. L'efficacité va venir au fil des matches et je dirai à nos fans de ne pas s'inquiéter pour ça.

- Ne croyez-vous pas que le point fort de l'équipe nationale réside dans son compartiment défensif ?

- En toute sincérité, j'ai été impressionné par notre défense. Elle a fait preuve d'une grande solidité durant cette Coupe du monde. De grands attaquants comme Rooney n'ont pu la franchir. On a une bonne défense.

- Vous étiez sûrement con! tent pour Karim Ziani qui a fait un bon Mondial, malgré le manque de compétition dont il a souffert pendant plusieurs mois à Wolfsburg?

- Je vous ai déjà dit auparavant que Ziani est un grand joueur. Il a largement sa place à Wolfsburg et il méritait de jouer titulaire. Il a prouvé durant ce Mondial qu'il est en forme et que c'est un bon élément.

- Le Mondial de l'Afrique du Sud a été la dernière grande compétition du capitaine Yazid Mansouri qui a mis un terme à sa carrière internationale après l'élimination des Verts au premier tour?

- Mansouri ne méritait pas de sortir par la petite porte. Il a beaucoup donné à l'équipe nationale et à mon humble avis, il mérite mieux que ça.

- Comment a été l'ambiance au sein du groupe durant le rendez-vous sud-africain ?

- Franchement, l'ambiance était extraordinaire au sein de l'équipe. On s'amusait beaucoup notamment avec Djamel. On forme une famille et tous les joueurs étaient solidaires entre eux.

- Les éliminatoires de la CAN 2012 débuteront au mois de septemb! re, pensez-vous déjà à cette échéance ?

- C'est certain qu'on parle des éliminatoires de la Coupe d'Afrique des nations, d'autant qu'on les abordera dans deux mois. Notre objectif est de réaliser le meilleur parcours possible.

- Ne pensez-vous pas que cette équipe est capable de gagner la prochaine Coupe d'Afrique des nations qui se déroulera au Gabon et en Guinée ?

- Oui, notre ambition est de la gagner. On ne doit rien lâcher, surtout qu'on a une équipe susceptible de remporter le trophée africain. On doit bien préparer ce rendez-vous pour ne pas le rater.

- Comment voyez-vous l'avenir de cette équipe ?

- Je vois l'avenir de cette équipe en rose. On a montré de belles choses durant ce Mondial et on tâchera de faire mieux dans les échéances à venir.

- Quel est votre favori pour cette Coupe du monde ?

- Je dirais sans aucune hésitation, l'Argentine. C'est un véritable rouleau compresseur.

- Le Ghana est le seul pays af! ricain qui reste en course, vous allez certainement soutenir cette équipe?

- Il n'y a pas l'ombre d'un doute que mon souhait est que le Ghana aille le plus loin possible dans cette compétition.

- L'entraîneur Eriksson est pressenti pour succéder à Rabah Saâdane, connaissez-vous ce coach ?

- Je ne le connais pas.

- Que pensez-vous de lui ?

- Du moment que je ne le connais pas, je ne peux rien dire pour l'instant.

- D'aucuns s'interrogent sur votre avenir avec Sochaux, allez-vous rester ou changer d'air ?

- Je suis encore lié par un contrat et je reste à Sochaux. Mon objectif est de réaliser une belle saison avec mon équipe et on verra après.

- Votre message pour le public algérien?

- Je remercie nos supporters pour leur soutien. Je ne lésinerai pas sur l'effort pour être à la hauteur de leur confiance. Je tiens encore une fois à préciser qu'à aucun moment, je n'ai critiqué Saâdane. Au contraire, je le remercie po! ur m'avoir donné la chance de disputer le Mondial.

-- Delivere! d by Feed43 service

Anthar Yahia pourrait rester à Bochum

Anthar Yahia pourrait rester à Bochum«Je suis certain que je trouverai une équipe avant le 19 juillet»

Comme nous l'avons rapporté dans ces mêmes colonnes, le capitaine de l'Equipe nationale, Anthar Yahia, même s'il se trouve en vacances depuis son retour d'Afrique du Sud après un parcours honorable des Fennecs, pense déjà à sa carrière du moment qu'il a décidé de ne plus continuer sa mission avec le club allemand qui a rétrogradé en seconde division la saison écoulée.

Le joueur de 28 ans, qui a été contacté par plusieurs formations à l'instar d'un club de Turquie, aura sûrement des difficultés à choisir sa nouvelle destination! , du moment que les dirigeants de Bochum tiennent à le garder.

Le joueur veut changer d'air

Le dernier délai pour Yahia pour trouver une équipe expirera le 19 juillet prochain, soit avant la reprise des entraînements de son club actuel. Selon le site internet sportif River Sports, le club allemand ne compte guère brader Yahia. Au contraire, sa lettre de libération coûtera cher. A signaler que le montant de son transfert n'a pas encore été fixé.

«J'espère qu'on trouvera un terrain d'entente»

Malgré la fait que rien ne soit encore clair concernant son avenir avec Bochum, Anthar Yahia s'est montré optimiste et confiant à la fois. En effet, le capitaine des Verts espère vraiment trouver un terrain d'entente avec les dirigeants de son club. «Je suis sûr qu'on trouvera un terrain d'entente avant le 19 juillet.»

«Je suis certain que je trouverai une équipe avant le 19 juillet»

Anthar Yahia a déjà fait savoir aux dirigeants de son club qu'i! l ne va pas rempiler avec le club allemand qui a rétrogradé en! seconde division. D'après la presse allemande, Yahia devra entamer les entraînements avec son équipe le plus normalement du monde.

Mais le joueur a déclaré sur le site internet River Sports qu'il trouvera une équipe avant l'expiration du délai (19 juillet). «Je suis sûr que je trouverai une équipe avant la reprise des entraînements avec Bochum.»

-- Delivered by Feed43 service

Lazio : Boateng plus Belhadj pour 8 M ? !

Lazio : Boateng plus Belhadj pour 8 M ? !La Lazio de Rome cherche à retrouver son lustre d'antan après quelques années difficiles à cause d'un contexte économique très négatif. Les recruteurs romains regardent donc avec attention la Coupe du monde pour dénicher de bonnes affaires pour la saison prochaine.

Et, apparemment, la Lazio va faire son petit marché du côté de Portsmouth. Cela pourrait être l'un des transferts phares de ce début de mercato. Selon le quotidien anglais The Daily Mail, la Lazio de Rome aurait fait une offre de 8M ? pour la doublette de Portsmouth, Kevin-Prince Boateng et Nadir Belhadj.

Le! Ghanéen et l'Algérien ont le point commun d'avoir brillé en juin en Afrique du Sud et de tous deux appartenir au club de Portsmouth en proie à de graves problèmes financiers et proches du dépôt de bilan.

Les Italiens souhaitent donc sauter sur l'occasion avant que d'autres clubs plus huppés ne le fassent. La Lazio pense entre autres que Nadir Belhadj serait le parfait successeur d'Alexandar Kolarov en partance pour le Real Madrid. Pour le Daily Mail, les négociations seraient déjà bien avancées. 8M ? pour ces deux joueurs, c'est une très belle affaire !

-- Delivered by Feed43 service

Blatter : «La FIFA va réétudier les questions d'arbitrage»

Blatter : «La FIFA va réétudier les questions darbitrage»Blatter a participé à une table ronde avec les médias, organisée dans le cadre de la Coupe du monde de la FIFA.

Joseph S. Blatter a participé à une table ronde avec les médias, organisée dans le cadre de la Coupe du monde de la FIFA. Le président de la FIFA a notamment déclaré que la question de la technologie de franchissement de la ligne de but allait de nouveau être étudiée de près.

Il s’est également exprimé sur le niveau général de la compétition et sur l’héritage de la FIFA en Afrique du Sud. «La FIFA a décidé que la compétit! ion serait arbitrée de façon traditionnelle, à une nouveauté près. On retrouve évidemment l’arbitre central et ses deux assesseurs mais cette année, le quatrième arbitre a vu le champ de ses responsabilités élargi. Tout le monde savait dès le début que nous n’utiliserions pas d’autres systèmes, qu’il s’agisse des deux arbitres supplémentaires affectés aux surfaces de réparation ou des technologies de franchissement de la ligne de but.

Nous n’allons pas changer nos principes. En revanche, compte tenu de ce qui s’est passé, il nous semble judicieux de rouvrir le débat sur la technologie lors de la prochaine réunion de l’IFAB qui aura lieu les 20 et 21 juillet au Pays de Galles. La FIFA est responsable de l’organisation de l’arbitrage.

La question est donc de savoir ce que nous voulons faire à l’avenir. Il faut continuer à améliorer notre contrôle sur les faits de jeu. Après la Coupe du monde de la! FIFA 1990, nous avions créé le groupe Football 2000 afin de réfléchir à quelques améliorations à apporter aux Lois du Jeu, comme la passe en retrait au gardien de but. C’est une question qui figure en bonne place sur mon agenda personnel et dont la FIFA va se saisir. En octobre-novembre, nous présenterons un nouveau projet visant à améliorer l’arbitrage de haut niveau. Je regrette ces erreurs d’arbitrage évidentes.

Je comprends que les équipes concernées soient mécontentes. J’ai déjà eu l’occasion de présenter mes excuses personnelles aux Anglais et aux Mexicains. Je comprends également les critiques des médias. Ils sont dans leur rôle et dans leur droit. Mais ce n’est ni la fin du tournoi ni la fin du football. Si nous ne faisons pas appel à la technologie, nous devons accepter qu’il y ait des erreurs.

Le rôle de la FIFA est de protéger les arbitres. Il est de notre responsabilité de prendre les mesures appropriées pour que ces situatio! ns ne se reproduisent plus. En revanche, je n’accepte pas que l’on mette en doute l’intégrité des arbitres ou de la compétition.»

«Le Ghana réalise un bel exploit»

«Sur les huit grands favoris de l’épreuve, deux ont été éliminés au premier tour. Personnellement, je suis satisfait du jeu qui a été proposé jusqu’à présent. Les équipes africaines n’ont pas eu beaucoup de chance au tirage au sort final, mais le Ghana est en quarts de finale. C’est un bel exploit. Evidemment, on aurait pu s’attendre à mieux. Peut-être le problème vient-il de la façon dont les équipes se sont préparées.

A mon avis, il faut une certaine continuité au plus haut niveau. L’Afrique compte beaucoup de grands joueurs, mais il est difficile de construire une équipe en deux mois. Dans l’ensemble, le football pratiqué en Afrique du Sud me semble d’un très bon niveau. Les équipes ! sud-américaines marchent bien en ce moment, peut-être parce que leurs j! oueurs s’identifient davantage à leur pays.»

«Y aura plusieurs projets en Afrique du Sud»

«Nous avons posé les bases avec la SAFA. La Fédération sud-africaine dispose de tous les outils nécessaires. Maintenant, à elle de faire le travail. L’héritage ne se limite pas aux infrastructures. C’est aussi la formidable popularité du football après la Coupe du monde de la FIFA.

L’héritage se retrouve également à travers le mouvement Football For Hope qui s’attaque à des questions essentielles comme la santé et l’éducation. Il y aussi le programme 1GOAL - Education for All qui se propose de faciliter l’accès des Africains à l’éducation et à la santé à travers le football.»

-- Delivered by Feed43 service

Saâdane sélectionneur des Emirats, décision dimanche

évasifs .JPGMohamed Khelfane Rumithi : «Nous n’avons jamais contacté Saâdane.»

La future destination de Rabah Saâdane n’est toujours pas connue. Le sélectionneur national, dont le contrat le liant avec la Fédération algérienne de football expire à la fin du mois en cours, n’a pas encore communiqué sa décision au président de la FAF.

Tantôt, on l’annonce partant aux Emirats arabes unis pour prendre en main la sélection locale, tantôt on déclare qu’il restera à la tête de la sélection nationale jusqu’en 20! 12, soit après la CAN qui aura lieu conjointement au Gabon et en Guinée Equatoriale. Le président Raouraoua aurait émis le v?u de reconduire

le «cheikh» malgré les critiques que ce dernier a essuyées après le parcours très décevant, il faut le dire, des Verts en Coupe du monde, avec un seul point seulement de récolté, aucun but marqué et deux encaissés, tel aura été le triste bilan de Saâdane au Mondial sud-africain. Le comble, c’est qu’en deux éditions (celle du Mexique et de l’Afrique du Sud), Saâdane n’a récolté que deux points. En outre, trois joueurs clés de la sélection voudraient voir leur aventure se poursuivre avec Saâdane qui est convoité outre mer. Selon une source généralement bien informée, Rabah Saâdane intéresserait au plus haut point la Fédération émiratie de football pour prendre en main sa sélection. Notre source nous a révélé que les contacts ont été déjà entrepris il y a quelques mo! is et que Saâdane aurait même donné son accord de principe pou! r prendre en main l'équipe des Emirats. Pourtant, le président de la Fédération émiratie a catégoriquement infirmé cette information (lire entretien qu’il nous a accordé). En tout cas, un membre de l’UAEFA nous a fait savoir qu’au plus tard samedi, les choses seront plus claires.

Tout sera clair samedi

Pourquoi attendre jusqu'à samedi ? La réponse est bien simple. Le comité exécutif de l’UAEFA se réunira samedi prochain pour se pencher sur certaines affaires qui sont sur le bureau du président de la fédération. Il y aura à l'ordre du jour les nouveaux dispositifs réglementaires de la saison prochaine, les points organisationnels, mais aussi l'entame des préparatifs de l’équipe nationale A qui s’apprête à disputer la Coupe du Golfe persique en novembre prochain, puis la Coupe d’Asie des nations.

«Tout ce que je peux vous dire est que les membres du bureau exécutif de la fédération devraient se réunir samedi prroc! hain. A partir de là, tout sera clair», nous dira notre source qui est un membre de la fédération. Il se pourrait que des décisions importantes soient prises. Par ailleurs, le sujet de l’entraîneur slovène Katanec Sercko, dont l’avenir au sein de la sélection est incertain, sera abordé et les membres du bureau exécutif de la fédération trancheront la question avec le président.

Le contrat de Katanec court jusqu’en 2011

Katanec Sercko est toujours sous contrat avec la Fédération émiratie jusqu’en 2011. Son objectif est de mener la sélection locale à la Coupe du Golfe et celle d’Asie. Pour le moment, on ignore si l'UAEFA limogera Katanec pour faire appel à Saâdane qui a émis le v?u de quitter les Fennecs pour s’éloigner de la pression terrible qui pèse sur ses épaules.

La presse émiratie annonce que Saâdane sera le nouveau coach

De son côté, la presse émiratie a annoncé ces derniers jours que Rabah Saâdane a été ! contacté par la Fédération des Emirats pour prendre en main les coéquip! iers d’Ismail Matar. Le quotidien Al Ittihad a même écrit que «Saâdane pourrait être le nouveau sélectionneur». Toutefois, la fédération avait démenti cette information. Mais comme on dit, il n’y a pas de fumée sans feu.

Nadi El-Emirati voulait l’avoir

Par ailleurs, Rabah Saâdane intéressait, il y a quelque temps, son ancien club, Nadi El Emirati. Un club que Saâdane avait pris en main dans les années 90. Finalement, les responsables de ce club n’ont pas voulu trop attendre, car Saâdane était occupé par le Mondial. C'est ainsi qu'ils ont ainsi jeté leur dévolu sur Ghazi El Ghraïri, un Tunisien.

Mohamed Khelfane Rumithi : «Nous n’avons jamais contacté Saâdane»

Le président de la Fédération émiratie Mohamed Khelfane Rumithi a démenti catégoriquement l’information faisant état de contacts entre l’UAEFA et Rabah Saâdane. Joint hier par nos soins, il a répondu à nos questions. Toutefois, on ne sait pas s’! ;il a voulu garder le silence pour éviter la polémique, ou pour d'autres raisons.

Monsieur le président, c’est le journal Le Buteur, un quotidien sportif algérien, on aimerait vous poser quelques questions ?

Avec beaucoup de plaisir. Seulement, pour quelques minutes. J’ai des empêchements très importants.

Des informations font part de contacts entre la Fédération émiratie et le sélectionneur algérien Rabah Saâdane pour prendre en main votre sélection nationale?

Ce n’est pas vrai. Cette information est erronée. Je ne sais pas d'où la presse l’a eue, mais en réalité, nous n’avons jamais contacté Rabah Saâdane. Avec tout le respect qu’on lui doit, mais on n’a jamais pensé à le prendre. Voilà, c’est tout ce que je peux vous dire à ce sujet.

Saâdane est un grand entraîneur que toutes les équipes espèrent avoir, vu ce qu’il a réalisé avec l’Algérie, mais on a un entraîneur en place.

!

Mais apparemment, vous allez vous réunir samedi prochain pour?

!

Tout à fait. Ce seront les membres du bureau exécutif de ma fédération qui aborderont plusieurs points au cours de cette réunion. Mais une chose est sûre, Katanec a un contrat avec nous jusqu’en 2011 et il y a de fortes chances à ce qu’on lui renouvelle notre confiance en prévision de la Coupe du Golfe persique et la Coupe d’Asie des nations.

Mais il n’y a pas de fumée sans feu, comme on dit?

Oui, mais je vous ai dit qu’on n’a pas pris attache avec M. Saâdane. Je pense que j’ai été clair là-dessus.

-- Delivered by Feed43 service

Karembeu veut Djebbour dans son équipe

Karembeu veut Djebbour dans son équipe«Djebbour est très fort. C'est le meilleur algérien de ce Mondial.»

Christian Karembeu, l'ex-milieu de terrain champion du monde avec la France en 1998, est fortement pressenti pour diriger l'équipe grecque de l'Olympiacos où il avait déjà évolué durant trois saisons, il y a de cela quelques années.

Présent en Afrique du Sud pour assister au Mondial, Karembeu a eu l'occasion de suivre les productions des Verts durant cette Coupe du monde. Ce qui lui a permis de voir à l'?uvre l'attaquant de l'AEK Athènes, Rafik Djebbour.

Très intéressé par le profil du joueur algérien, l! e potentiel néo-entraîneur de l'autre club d'Athènes a révélé que Djebbour a été l'un des meilleurs joueurs algériens dans cette Coupe du monde 2010. «Djebbour est très fort. C'est le meilleur algérien de ce Mondial.

Il me plaît beaucoup. Il est aussi rapide et il pèse trop sur les défenseurs adverses. Je crois que c'est une bonne solution pour notre attaque», a-t-il déclaré au journal grec Extra Sport.

-- Delivered by Feed43 service

Bougherra «Notre grand regret, le match face à la Slovénie»

Bougherra «Notre grand regret, le match face à la Slovénie»A 27 ans, Madjid Bougherra a disputé sa première Coupe du monde sous les couleurs de l'Algérie. Un souvenir inoubliable, même s'il est un peu teinté de regrets. Le Dijonnais raconte.

A 27 ans, Madjid Bougherra a disputé sa première Coupe du monde sous les couleurs de l'Algérie. Un souvenir inoubliable, même s'il est un peu teinté de regrets. Le Dijonnais raconte.

A travers le téléphone, on entend le souffle du vent. Le vent chaud d'Algérie. C'est là, dans son pays, que Madjid Bougherra est allé après l'élimination de son pays au premie! r tour de la Coupe du monde. Revoir les siens après un mois en vase clos, une manière de se ressourcer, de respirer après l'intensité de la compétition.

A 27 ans, il a vécu la grande excitation dont rêve tout footballeur : participer à un Mondial. La Slovénie, l'Angleterre et les Etats-Unis au menu, un petit tour et puis s'en va. «Aujourd'hui, il reste des souvenirs mais aussi des regrets. Beaucoup de regrets sur le premier match (contre la Slovénie)», insiste Madjid. Il poursuit : «Le premier match, c'est souvent le plus important.

Peut-être qu'il y avait une petite crainte du ridicule. Nous avons été un peu trop timides. C'est ça le vrai regret car ensuite, je trouve qu'il y a eu un bon état d'esprit.»

«Je n'étais pas à 100%»

Un match très abouti défensivement contre l'Angleterre et puis le petit manque de réussite qui vous fuit sur le dernier match face aux Américains. Tout cela va si vite. Trop vite. Il n'empêche, on n'a pas retrouvé l'allant! , l'enthousiasme qui caractérisaient cette sélection au moment! des éliminatoires et pendant la CAN. A cela, Madjid a une explication assez logique : «Il y a eu quelques changements

. De plus, nous avons eu des blessés. Belhadj, Yebda, moi… Ziani n'a pas joué non plus beaucoup ces derniers mois. Il y avait un grand manque de compétition.»

Pour Madjid Bougherra, touché en début de préparation, il n'y aura qu'un seul match amical, face aux Emirats Arabes Unis, pour se mettre en jambes. Bien peu, même si celui qui a fait ses premières armes du côté de Longvic a été, sans conteste, un des meilleurs Algériens durant ce premier tour. Mais cela ne le console guère. «Je n'étais pas à 100 %. C'est vraiment très frustrant. OK, j'ai montré ce que je valais sur le plan défensif, mais je n'ai pas eu mon apport offensif habituel.»

«Il reste le Ghana pour sauver l'Afrique»

On sent poindre les regrets. Peut-être parce que ce Mondial se déroulait sur le sol africain. «Je pense que c'était le moment idéal pour aller le ! plus loin possible», souligne-t-il. Il reste le Ghana pour sauver tout un continent. D'ailleurs, la performance des Black Stars ne le surprend qu'à moitié. «Je savais que c'était une bonne équipe», assure-t-il.

«La Coupe du monde, c'est un autre monde»

Avec le temps, la déception va s'estomper, laissant la place aux souvenirs. D'ailleurs, il veut déjà se montrer positif : «Cela reste une belle aventure», glisse-t-il ainsi. Mais une aventure haut de gamme : «La Coupe du monde, c'est un autre monde. C'est un peu comme la Ligue des champions pour les clubs. C'est la même qualité.» Et peut-être aura-t-il sa revanche dans quatre ans? au Brésil.

-- Delivered by Feed43 service

Kadir négocié hier avec les dirigeants de Valenciennes

Kadir négocié hier avec les dirigeants de ValenciennesLes dirigeants valenciennois ont négocié hier avec Foued Kadir.

Les dirigeants valenciennois ont négocié hier avec Foued Kadir pour prolonger son contrat, a annoncé le président valenciennois Francis Decourrière. Le milieu international algérien, qui a disputé les trois rencontres de Coupe du monde avec la sélection algérienne, est en négociations avec les dirigeants valenciennois pour prolonger son contrat.

Arrivé l’été dernier en provenance d’Amiens, il s’est peu à peu imposé dans l’entre! jeu de VA la saison passée, disputant dix-sept rencontres et inscrivant un but.

-- Delivered by Feed43 service

Bougherra «Une belle aventure»

Bougherra «Une belle aventure»A 27 ans, Madjid Bougherra a disputé sa première Coupe du monde sous les couleurs de l'Algérie. Un souvenir inoubliable, même s'il est un peu teinté de regrets.

Le Dijonnais raconte. Parcours. Dernière du groupe C derrière les Etats-Unis, l'Angleterre et la Slovénie, l'Algérie n'a pu franchir le 1er tour. Futur. Aux Glasgow Rangers depuis juin 2008, Madjid Bougherra devrait quitter l'Ecosse la saison prochaine. A travers le téléphone, on entend le souffle du vent. Le vent chaud d'Algérie. C'est là, dans son pays, que Madjid Bougherra est allé après l'élimination de son pays! au premier tour de la Coupe du monde.

Revoir les siens après un mois en vase clos, une manière de se ressourcer, de respirer après l'intensité de la compétition. A 27 ans, il a vécu la grande excitation dont rêve tout footballeur : participer à un Mondial. La Slovénie, l'Angleterre et les Etats-Unis au menu, un petit tour et puis s'en va. Aujourd'hui, il reste des souvenirs mais aussi des regrets. «Beaucoup de regrets sur le premier match (contre la Slovénie)», insiste Madjid. Il poursuit : «Le premier match, c'est souvent le plus important. Peut-être qu'il y avait une petite crainte du ridicule. Nous avons été un peu trop timides. C'est ça le vrai regret car ensuite, je trouve qu'il y a eu un bon état d'esprit.»

«Je n'étais pas à 100%»

Un match très abouti défensivement contre l'Angleterre et puis, le petit manque de réussite qui vous fuit sur le dernier match face aux Américains. Tout cela va si vite. Trop vite. Il n'empêche, on n'a pas retrouvé l'al! lant et l'enthousiasme qui caractérisaient cette sélection au ! moment des éliminatoires et pendant la CAN. A cela, Madjid a une explication assez logique : «Il y a eu quelques changements.

De plus, nous avons eu des blessés. Belhadj, Yebda, moi… Ziani n'a pas joué non plus beaucoup ces derniers mois. Il y avait un grand manque de compétition.» Pour Madjid Bougherra, touché en début de préparation, il n'y aura qu'un seul match amical face aux Emirats arabes unis, pour se mettre en jambes. Bien peu, même si celui qui a fait ses premières armes du côté de Longvic a été, sans conteste, un des meilleurs algériens durant ce premier tour. Mais cela ne le console guère. «Je n'étais pas à 100%», confirme-t-il. «C'est vraiment très frustrant. Ok, j'ai montré ce que je valais sur le plan défensif, mais je n'ai pas eu mon apport offensif habituel.» On sent poindre les regrets. Peut-être parce que ce Mondial se déroulait sur le sol africain.

«Je pense que c'était le moment idéal pour aller le plus loin possible», souligne-t-il. ! Il reste le Ghana pour sauver tout un continent. D'ailleurs, la performance des Black Stars ne le surprend qu'à moitié. «Je savais que c'était une bonne équipe», assure-t-il. Quant à l'équipe de France, il a un peu halluciné sur la tournure des événements.

«Avec la qualité des joueurs qu'il y avait, je les voyais dans le dernier carré.» Les Bleus en sont bien loin. Désormais, tranquillement en vacances, il va pouvoir suivre le reste de l'épreuve où son favori demeure l'Argentine. Avec le temps, la déception va s'estomper, laissant la place aux souvenirs. D'ailleurs, il veut déjà se montrer positif : «Cela reste une belle aventure», glisse-t-il ainsi. Mais une aventure haut de gamme : «La Coupe du monde, c'est un autre monde. C'est un peu comme la Ligue des champions pour les clubs. C'est la même qualité.» Et peut-être aura-t-il sa revanche dans quatre ans au Brésil.

-- Delivered by Feed43 service

Mbolhi et Halliche vers Newcastle ?

La préstation du gardien de l'équipe d'Algérie Rais Mbolhi, ne laise personne indifférent. Surtout les professionnels du football, avec l'approche du mercato d'été, chaque club cherche l'oiseau rare pour renforcer son effectif.  Le club anglais de Newcastle, qui a retrouvé la Premier League après une saison au purgatoire, a jeté son dévolu sur le nouvel international algérien pour l’enrôler.Outre ses prestations les recommandations de Sir Alex Ferguson concernant les qualités de Mbolhi ont encore conforté les dirigeants magpies pour ramener Raïs au sein de leur formation.
Halliche tout proche du club anglaisSelon Compétition,le défenseur algérien, Rafik Halliche, est très proche du club Newcastle. Les négociations avaient, toutefois, débuté avant le Mondia! l entre son agent et les dirigeants anglais. Le PSG, aussi, s’est manifesté et s’est mis dans le rang des clubs intéressés par les performances du longiligne défenseur algérien. Les responsables lusitaniens, auxquels appartient Halliche, ont une longueur d’avance sur tous les prétendants et de ce fait, ils ont gelé et temporisé la transaction après le tournoi planétaire puisqu’une bonne prestation du Guerrier verrait la cote du joueur monter en flèche et les profits seront évidemment plus conséquents. Le joueur lui voudrait rester dans le championnat du Portugal à la seule condition de retourner au club lisboète. Par cette démarche, ses chances de poursuivre l’aventure avec son club actuel, le Nacional de Madeira, s’amenuisent nettement pour devenir quasi nulles.
Share آ  آ  Connectez-vous أ  notre page

Le contrat de Rabah Saâdane expire aujourd'hui, son remplacement à l'ordre du jour

29-06--hamza-kali-(7).jpgLa faf veut «un grand nom», les pouvoirs publics un technicien

Qui sera entraîneur national ? Cette question qui revient sur les lèvres de tout un chacun depuis la fin de l'aventure de l'équipe nationale de football en terre sud-africaine demeure toujours sans réponse, alors que la reprise de la compétition par les Verts est imminente.

Le contrat de Rabah Saâdane arrive à expiration aujourd'hui et on ne semble pas trop s'inquiéter du côté de la FAF pour trancher cette cruci! ale question.

Le flou qui entoure cette question laisse place inévitablement à des spéculations puisque des noms de techniciens et autres coaches de renommée mondiale sont cités ici est là, sans pour autant aucune certitude. Néanmoins, la chose la plus sûre est que le départ de Saâdane n'est qu'une question de document à signer, même si certains veulent entretenir le doute sur son maintien à la tête des Verts.

Saâdane devait d'ailleurs être remercié juste après la CAN mais il a vu sa mission se prolonger jusqu'à l'après mondial, dans le soucis de ne pas trop perturber le groupe confronté au problème d'efficacité en attaque et par conséquent par son renforcement par des attaquants plus percutants.

Rabah Saâdane n'avait pas hésité à le laisser entendre juste après le match contre les Etats-Unis (0-1), en disant qu'il allait l'annoncer au président de la FAF, Mohamed Raouraoua. L'absence de ce dernier retenu par ses obligations avec la FIFA en Afrique du S! ud a maintenu le suspense sur cette question.

La nomina! tion du nouvel entraîneur n'est qu'une question de temps? celui de se décider sur le technicien dont le profil répondrait le plus à l'équipe nationale. La volonté des pouvoirs publics de passer par un bilan ne reflète en réalité que leur désir de temporiser, le temps de trouver un entraîneur national.

Ainsi, des sources au parfum des démarches des uns et des autres ont confié au Midi Libre qu' il semble que la FAF pencherait pour un grand entraîneur mondialement connu, alors que les politiques veulent avoir un technicien de compétence et de qualité, même s'il a un «petit» CV.

Entre les deux options, c'est certainement la partie la plus rapide dans la conclusion du contrat qui imposerait son homme. A ce sujet, plusieurs noms de techniciens ont été avancés, notamment par la presse spécialisée mais aucune piste ne semble être plus crédible que l'autre tant les spéculations vont bon train.

Mais une source digne de foi nous a laissé entendre que l'actuel ent! raîneur du Chili, éliminée 3-0 par le Brésil en 8e de finale du Mondial, l'Argentin Marcelo Bielsa dont le contrat arrive à expiration après le mondial 2010 pourrait être nommé à la tête des Verts. Les contacts sont imminents entre la FAF et le technicien.

Notre source précise que c'est l'ex- entraîneur national argentin José Perkerman qui aurait soufflé le nom de Bielsa pour lequel s'intéressent la sélection anglaise et celle des Etats-Unis. Il faut juste rappeler que c'est Perkerman qui avait succédé à Bielsa à la tête des Argentins, après son départ surprise à l'issue des jeux Olympiques d'Athènes où il avait remporté la médaille d'or du tournoi

Il semble que le temps presse si la FAF veut engager ce technicien à la tête des Verts appelés à reprendre la préparation au mois d'août avec une confrontation amicale contre le Gabon et la compétition officielle dès le mois de septembre avec le match face à la Tanzanie pour le compte des éliminatoires de la CAN 201! 2.

Agé de 55 ans (il est né le 21 juillet 1955, Bielsa, entraîne! ur du Chili depuis 2007, était également à la tête de l'équipe de son pays entre 1998 et 2004. Avec l'Argentine, il avait notamment atteint la finale de la Copa América face au Brésil et remporté la médaille d’or aux jeux Olympiques d’Athènes.

M. Z

-- Delivered by Feed43 service

Cherfa : "Prêt à porter les couleurs de l'EN"

 Cherfa : Il était sur le calepin de cheikh Rabah Saâdane avant le début de la Coupe du monde, en Afrique du Sud. Il s'agit du latéral gauche Walid Cherfa que nous avons rencontré, hier, dans un café de Boufarik où il nous a accordés cet entretien.

Le nouveau joueur de Girona (Ligue 2 espagnole) affirme que l'Algérie a bien joué lors du Mondial 2010 où il était présent en tant qu'invité de la FAF. Il nous a déclarés que, maintenant, la sélection nationale peut jouer contre n'importe quelle équipe du monde tout en pouvant réaliser un bon résultat.

Cherfa se dit, par ailleurs, prêt à prendre sa place au sein des Verts dès le prochain regroupement. "La sélection nationale a été très bonne en Afrique du Sud et je pense que nous avons manqué un peu de chance, mais aussi de réussite offensive pour passer au second tour", nous a déclaré l'ancien défenseur de Tarragone tout en ajoutant : "En étant en Afrique du Sud, j'ai pu suivre tous les matches de l'EN et le jeu des coéquipiers d'Antar Yahia m'a beaucoup plu. Reste maintenant quelques fautes à corriger, et je peux vous dire que l'équipe pourra carburer à merveille.

" "L'ambiance chez les Verts est exceptionnelle et encore plus chez les supporters qui se sont déplacés en masse pour encourager les poulains de Rabah Saâdane ; je pense que tout cela sera stimulant pour les joueurs qui veulent intégrer la sélection nationale."

Concernant sa non-sélection pour le Mondial en Afrique du Sud, le joueur originaire de la ville des Roses a affirmé que c'est le "m! ektoub" vu qu'il était à un cheveu de participer à la plus gra! nde manifestation footballistique du monde. Il dira à ce sujet : "J'étais en conflit avec la direction de mon ancien club et c'est cela, je pense, qui m'a éloigné de l'équipe nationale. Maintenant, j'ai opté pour une autre formation où j'essayerai de m'épanouir et de progresser pour avoir une place au sein des Verts car les places sont chères et ça je le sais.

C'est vrai que c'est une équipe de seconde division, mais j'assume mon choix et je sais que cela m'ouvrira des portes ; certains m'ont dit que si j'optais pour une équipe de ligue 2, je ne serais jamais sélectionné. C'est faux. ہ moi maintenant de travailler pour attirer l'attention du sélectionneur national en vue des prochains regroupements."

En vacances dans la région de Blida pour quelques jours, Walid Cherfa retournera en Espagne en juillet prochain où il entamera la préparation avec son nouveau club pour un nouvel exercice où il espère "exploser".

"ہ la nouvelle saison, j'essayerai de bien f! aire les choses pour réussir le prochain exercice sur tous les plans car l'avenir est à moi maintenant", conclut-il.

-- Delivered by Feed43 service

Vidéo :l'Espagne bat le Portugal (1-0) et passe en quarts de finale

L'Espagne s'est qualifiée mardi pour les quarts de finale du Mondial-2010 en Afrique du Sud en battant le Portugal (1-0) dans un match comptant pour les huitièmes de finale disputé à Cape Town.
L'unique but de la rencontre a été inscrit par l'attaquant David Villa à la 63e minute.
En quarts de finale, l'Espagne affrontera le Paraguay samedi prochain à l'Ellis Park de Johannesburg (19H30 heure algérienne). Les Paraguayens avaient battu plus tôt le Japon aux tirs au but (5-3) après la fin des 120 minutes sur un score de parité (0-0).

FAF
29/06/2010

Vidéo : Le Paraguay bat le Japon aux tab (5-3) et va en quarts de finale

Le Paraguay s'est qualifie pour les quarts de finale grâce à sa victoire contre le Japon aux tab (5-3), après prolongation (0-0) en 1/8e de finale de la Coupe du Monde-2010 mardi au Loftus Versfeld stadium de Pretoria (Afrique du sud).
En quarts de finale, le Paraguay affrontera le vainqueur de la rencontre Espagne-Portugal prévue mardi à 19h30.

FAF
29/06/2010

mardi 29 juin 2010

Mondial 2010 : Bougherra dans l'équipe type du 1er tour

Le solide défenseur central algérien, Madjid Bougherra, a réussi une belle coupe du monde. ةlément incontournable dans la défense des Verts, Bougherra qui a réussi toutes ses sorties dans ce mondial avec une mention spéciale face aux Anglais où il a pu neutraliser Ronney, a été désigné dans l'équipe type du premier tour par le site internet Goal.com. Ce n'est pas pour rien que des équipes huppées de la Premier League, à l'instar de Liverpool,  lui font les yeux doux.

Moumen A.
lebuteur.com

Meghni vers la Pologne ?

Algeria team's Mourad Meghni plays with the ball during a practice session on May 25, 2010 in the Swiss Alpine resort of Crans-Montana ahead of the FIFA World Cup 2010 finals in South Africa. AFP PHOTO/PHILIPPE DESMAZES (Photo credit should read PHILIPPE DESMAZES/AFP/Getty Images)Alors qu'il se remet de sa blessure, qui l'a privé de ! Coupe du monde, Mourad Meghni, le milieu de terrain algérien de la Lazio de Rome, pourrait aller voir ailleurs.

Selon la presse italienne, en effet, le Wisla Cracovie veut s'attacher les services du meneur de jeu des Fennecs. Difficile cependant d'imaginer l'ancien Sochalien rejoindre la Pologne : il y a quelques jours, il a assuré ne pas avoir l'intention de quitter la Lazio.

-- Delivered by Feed43 service

Le démenti de Boudebouz

Le démenti de BoudebouzLe milieu offensif international algérien Ryad Boudebouz nie avoir tenu des propos critiques au sujet de son sélectionneur, Rabah Saâdane.

De retour de la Coupe du monde disputée sous les couleurs algériennes, Ryad Boudebouz réagit. Joint par téléphone, le milieu offensif du FC Sochaux tient à démentir les propos qui lui ont été attribués par le quotidien régional L’Alsace, et dans lesquels l’intéressé s’en prenait aux options du patron des Fennecs, Rabah Saâdane.

« Cette Coupe du monde fut une expérience inoubliable. En aucun cas, je n’ai remis en cau! se les choix du sélectionneur, une personne que j’estime beaucoup », a déclaré Ryad Boudebouz. Dont acte.

-- Delivered by Feed43 service

Blida prépare le retour des Verts

Blida prépare le retour des VertsLes Verts domiciliés à Tchaker : Blida prépare le retour des Verts: «Nous avons déjà engagé une entreprise pour retaper la pelouse»

L'Equipe nationale ne reviendra pas au 5-Juillet, et sera désormais domiciliée à Blida. C'est ce que vient de décider la Fédération algérienne de football en saisissant les autorités locales de la ville des Roses afin de mettre le stade Mustapha-Tchaker à la disposition de l'EN et ce, à partir du 11 août, date du match amical face au Gabon.

La DJSL de Blida a été, en effet, dest! inataire d'une correspondance du wali l'informant de ladite décision, tout en lui demandant de procéder dès aujourd'hui à la remise en l'état de toutes les infrastructures du stade afin que l'enceinte soit prête à accueillir les Verts.

Bentourki : «Nous avons déjà engagé une entreprise pour retaper la pelouse»

Contacté par nos soins, M. Bentourki, chef du service des sports à la DJSL de Blida, a confirmé notre information. «Effectivement, nous avons été saisis dans ce sens et nous avons déjà procédé aux préparatifs.

On a d'ailleurs engagé une entreprise pour retaper la pelouse du stade, et d'autres pour la réfection des différentes infrastructures, bien qu'elles soient toujours en bon état. En tout cas, nous ferons tout ce qui est nécessaire pour préparer le retour de l'Equipe nationale et ses supporters à Blida», nous a indiqué M. Bentourki.

Les éliminatoires de la CAN 2012 à Blida

Il faut savoir aussi que la décision de domicilier les Ve! rts à Blida ne concerne pas seulement le prochain match amical! contre le Gabon, mais toutes les éliminatoires de la CAN 2012. En effet, l'EN recevra tout au long de sa nouvelle conquête africaine tous ses adversaires au stade Mustapha-Tchaker.

L'USMB déménage

Pour cette raison, l'USMB devra déménager des lieux. Le club local, en prévision de la reprise, est prié d'aller s'entraîner ailleurs car le stade sera fermé jusqu'au 11 août.

-- Delivered by Feed43 service

Saïfi :la justice tranchera

Algeria striker Rafik Saifi wipes h!  is mouth in the mixed zone at Loftus Versfeld in Pretoria, South Africa, after the Algeria against United States in a World Cup soccer match Wednesday June 23, 2010. Saifi has been involved in an altercation with a journalist after his team was eliminated from the World Cup. The incident following Wednesday's 1-0 loss to the United States happened at Loftus Versfeld. A female reporter from an Algerian publication was heard shouting at Saifi, who left the stadium holding his lip and refusing to respond to questions. (AP Photo/Rob Harris)?????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????Le joueur algérien Rafik Saïfi avait giflé une journaliste algérienne dans la zone mixte en fin de match opposant les USA à l'Algérie.

Suite à l'agression lâche et odieuse dont a été victime notre journaliste Asma Halimi par Rafik Saïfi dans la zone mixte, plusieurs v! oix, tant au niveau national qu'international, se sont élevées! pour condamner cet acte ignoble.

La presse nationale et internationale a qualifié le comportement de cette personne blâmable et inacceptable, qui porte atteinte aux valeurs humaines et qui va à l'encontre des principes du respect d'autrui.

Au lieu d'avoir honte de ce qu'il a fait, et de la honte qu'il a portée au maillot qu'il porte, et aussi à sa famille, Saïfi a préféré continuer de faire le clown par ses interventions à la télé (Nessma et Aljazeera), et chez ses copains de la presse.

En plus de sa lâcheté et de sa bassesse, Saïfi s'est trouvé une nouvelle vocation : menteur. Les dires infondés et complètement faux ne sont que des preuves supplémentaires que nous allons utiliser contre toi devant le juge. En plus de la plainte que nous avons déposée pour agression, Compétition a décidé de l'ester en justice pour diffamation.

Vous avez dit que l'oncle de Ziani n'était pas présent dans la zone mixte, alors que nous avons les photos qui le montre! nt dans cet espace. Vous insinuez que vous avez des choses à révéler devant le juge, alors on vous dit : chiche, montrez ce que vous avez. Vous avez des amis qui sont solidaires avec vous et qui sont prêts à mentir sous serment devant un juge pour vous protéger, nous, on a des témoins qui ne sont pas nos amis et que nous ne connaissons même pas.

Ces derniers se sont portés volontaires pour apporter leur soutien et leur témoignage dans cette affaire. Vous avez aussi des copains dans la presse pour lesquels vous faisiez l'espion en leur racontant tout ce qui se passait dans les coulisses de l'équipe nationale, nous, on a toute la presse nationale et internationale qui, quelques minutes après votre agression sur notre journalistes, nous a appelé et montré son soutient indéfectible?

Nous ne voulions plus parler de cette affaire et laisser la justice faire son travail et trancher dans cette affaire, mais, avec vos idioties, vous êtes allé très loin, plus loin que v! ous ne le pensez.

Temoignages

Il était sur les lieux au m! oment de l'agression de Saïfi sur Asma Halimi

Al Amine Kheïr

(journaliste soudanais) :

«Halimi était de dos lorsque Saïfi l'a surprise par une gifle»

Le journaliste soudanais Al Amine Kheïr, qui se trouvait dans la zone mixte le jour du match Algérie-USA, ne trouve aucun inconvénient pour apporter son témoignage sur l'agression du joueur Rafik Saïfi sur notre envoyée spéciale Asma Halimi.

«J'étais présent sur les lieux, ce jour-là, et j'ai tout vu, je suis prêt à raconter tout ce que j'ai vu avec mes propres yeux, et Dieu Sait que je ne dirai que la vérité», nous a déclaré notre confrère soudanais qui est toujours en Afrique du Sud pour la couverture de la Coupe du monde.

«J'étais dans la zone mixte en fin de match entre l'Algérie et les Etats-Unis, j'étais là-bas pour couvrir la rencontre et je voulais avoir des impressions des joueurs en fin de match», nous déclare Al Amine, avant de poursuivre! : «J'étais surpris de voir le joueur Rafik Saïfi donner une gifle à la journaliste Asma Halimi, je témoigne devant Dieu que la journaliste était même de dos. Elle a, ensuite, répliqué par un coup en arrière, après, il y avait une altercation verbale entre les deux personnes sur un ton agressif s'échangeant des insultes. Saïfi ne s'est pas arrêté là, il a lancé une bouteille d'eau, mais elle n'a pas touché la journaliste, il voulait sauter par-dessus la barrière pour s'approcher plus de Halimi, mais on l'a empêché de le faire, en proférant toujours des insultes.»

Le journaliste soudanais a bien confirmé qu'il n'y avait pas de contact avant cela entre Saïfi et Halimi. «Saïfi était en train de faire une déclaration à un journaliste, moi, justement, j'attendais pour lui parler aussi, il a vite terminé sa déclaration et s'en est pris à la journaliste, qui était de dos, elle ne l'a pas vu venir, je confirme et je suis prêt à le redire, que ce soit à la FIFA, si elle me co! nvoque pour témoigner, ou n'importe où, que c'est le joueur qui est all! é vers la journaliste et à aucun moment elle ne l'avait approché», nous a confié Al Amine, que nous avons joint en Afrique du Sud hier après-midi.

AFP :

Saïfi gifle une journaliste

PRETORIA (Afrique du Sud), 23 juin 2010 (AFP)

Une journaliste du quotidien algérien Compétition a annoncé son intention de déposer plainte auprès de la FIFA après avoir été giflée mercredi par l'attaquant des Fennecs Rafik Saïfi dans la zone d'interview après le match du Mondial-2010 perdu contre les Etats-Unis, a-t-elle indiqué à l'AFP. La journaliste, Asma Halimi, a été giflée sur la joue droite par le joueur dans la zone d'interview avant qu'elle ne réplique elle-même par une gifle, a constaté un journaliste de l'AFP.

«Je vais déposer plainte auprès de la FIFA. Il y a eu beaucoup de témoins de la scène», a-t-elle dit, expliquant «ne pas connaître précisément les raisons du courroux du joueur d'Istres (en France)». «J'ai écrit un article sur lui il y a quelque! temps, peut-être n'a-t-il pas été satisfait», a poursuivi Asma Halimi, qui a été entendue par des officiels de la FIFA. Le joueur, qui a été accompagné vers la sortie du stade par des membres de l'encadrement algérien, n'a pu donner sa version à l'AFP.

23 juin 2010

RMC.frSaïfi frappe une journaliste

Ce mercredi en zone mixte, à l'issue de la défaite de l'Algérie face aux Etats-Unis (0-1), une altercation a éclaté entre Rafik Saïfi et une journaliste algérienne travaillant pour le quotidien Compétition. Sans qu'aucun mot ne soit échangé, le joueur s'est approché de la journaliste et l'a frappé d'un coup de bouteille. A son tour, Asma Halimi a répliqué et a attaqué l'attaquant des Fennecs au visage. L'origine de l'altercation remonte à un an.

Rafik Saïfi avait accordé une interview à un journal qatari et la journaliste algérienne avait alors retranscrit ce même entretien. Ce qui avait fortement déplu au joueur.! A noter que l'ancien attaquant de Troyes avait déjà agressé la journal! iste il y a à peu près un an. Ce mercredi, une centaine de journalistes ont été témoins en salle de presse de cette agression. Asma Halimi a annoncé qu'elle allait se plaindre auprès de la FIFA afin que le joueur soit sanctionné.

Martin Rogers

de Yahoo Sport

«Le joueur de la sélection algérienne Rafik Saïfi a giflé une journaliste algérienne au visage en fin de match contre les USA.

En marchant dans la zone mixte, Saïfi avait repéré la journaliste Asma Halimi qui travaille pour le journal algérien Compétition et la frappe avec une main ouverte devant une dizaine de témoins. La journaliste Halimi a répliqué par un coup alors qu'elle était de dos, dictaphone à la main, en touchant le joueur au niveau de sa bouche. Saïfi a, ensuite, lancé une bouteille d'eau envers Halimi qui n'a pas touché la journaliste mais a heurté le mur. Le service d'ordre est, ensuite, intervenu pour mettre fin à l'altercation.»

«Je ne lui ai rien dit, il est venu dire! ctement me frapper», avait déclaré Asma Halimi pour le site Yahoo Sports. «J'ai répliqué par un coup», avait ajouté la journaliste. Il est à signaler que la journaliste algérienne, Halimi, avait déjà eu un différend avec le joueur Saïfi à propos d'un article qu'elle avait écrit concernant le joueur sur son journal.

«Elle était dans son coin, le joueur s'est rapproché d'elle, il l'a frappée», avait déclaré Francisco Agular Chang, un journaliste du Guatemala, qui était témoin de l'incident : «Puis, elle l'a frappé en arrière en touchant ses lèvres», ajoute le journaliste guatémaltèque.

Interrogé par Yahoo Sports, Saïfi et l'équipe d'Algérie ont refusé de commenter l'incident.

On avait demandé si la journaliste allait déposer une plainte au niveau de la FIFA ou alors à la Fédération algérienne, Halimi Asma avait répondu : «Bien sûr.»

Richard Connelly

de la BBC

«J'étais dans la zone mixte en train d'! attendre la sortie des joueurs pour faire mon boulot, lorsque j'ai vu S! aïfi s'approcher, je me suis retiré d'un cran. Après, j'étais surpris par un coup de sa part», avait déclaré la journaliste Asma Halimi au BBC World Service.

La journaliste, qui travaille pour le journal Compétition en Algérie, avait déclaré qu'elle avait un désaccord avec le joueur Saïfi il y a un an. «Je vais déposer plainte à la FIFA et à la police», avait déclaré la journaliste. Richard Connelly, témoin de l'incident, a déclaré : «Rafik Saïfi a giflé le visage de la journaliste Asma Halimi», avant de poursuivre : «Elle l'a frappé, à son tour, en lui adressant un coup en arrière comme réflexe, le joueur avait ensuite lancé une bouteille d'eau qui a manqué sa cible. Ensuite, on a empêché, une nouvelle fois, le joueur qui voulait s'attaquer à la journaliste.»

La BBC avait appris qu'il y avait un différend entre le joueur et la journaliste.

Un porte-parole de la Fédération algérienne que nous avons approché nous a déclaré qu'il n'avait aucune informatio! n sur l'incident et ne pouvait faire aucune déclaration.

Pekka Odrriozola, porte-parole de la FIFA, quant à lui, avait confirmé qu'ils ont reçu au niveau de la FIFA une plainte de Mme Halimi Asma, que l'instance du football va traiter.

-- Delivered by Feed43 service

Lahcen Kadir (Le père de Foued) «Mon fils a failli arrêter le foot à 18 ans et devenir policier»

.Lahcen Kadir (Le père de Foued) «Mon fils a failli arrêter le foot à 18 ans et devenir policier»Lahcen Kadir, le père de Foued, nous a rendu visite au bureau régional de Sétif et nous a accordé cet entretien.

De retour d'Afrique du Sud où il a suivi le parcours de l'Equipe nationale, Lahcen Kadir, le père de Foued, nous a rendu visite au bureau régional de Sétif et nous a accordé cet entretien. Ce dernier n'a pas manqué de dire toute sa fierté de voir son fils participer aux trois matches de l'Equipe nationale dans ce Mondial s! ud-africain.

D'abord, dites-nous comment s'est passé votre séjour en Afrique du Sud ?

Dieu merci, tout s'est bien passé, même si on souhaitait aller plus loin que ce premier tour. On était dans un pays merveilleux, et on remercie la Fédération algérienne d'avoir pris en charge les familles des joueurs. Ce qui a permis de nouer des liens entre les familles de tous les joueurs de la sélection et avec d'anciens joueurs comme Kourichi et Oudjani avec lesquels j'ai passé beaucoup de temps, sans oublier le groupe de l'équipe du FLN.

Quel est le sentiment du père d'un joueur qui participe à une compétition d'une telle envergure ?

Il y a ce sentiment de fierté bien évidemment de voir son fils dans la sélection qui participer à une Coupe du monde. On était tous contents pour lui : sa mère, moi et toute la famille. Tout ceux qui je connais me parlent des matchs qu'il a joués en tant que titulaire.

Vous attendiez-vous justement à ce qu'il soit titula! ire en Equipe nationale ?

Non, je ne m'y attendais pas.! Toutefois, il me l'apprenait la veille de chaque match qu'il sera titulaire le lendemain. C'était une agréable surprise surtout pour le premier match contre la Slovénie. J'étais très heureux.

Quel était son sentiment lui ?

Il était sur un nuage, puisqu'il ne s'y attendait pas lui aussi.

Qu'est-ce qu'il vous racontait pendant le Mondial ?

On se parlait presque tous les jours au téléphone et je l'ai rencontré une seule fois à l'hôtel à Cape Town après le match contre l'Angleterre. Il semblait très à l'aise au sein du groupe grâce à l'ambiance qui régnait à l'intérieur.

On a appris que vous vouliez qu'il rentre directement à Sétif à son retour d'Afrique du Sud, n'est-ce pas ?

C'est ce que je souhaitais, oui. Mais il m'a appelé de Marseille et m'a expliqué qu'il était contraint de rallier directement la France à la demande de son manager pour se fixer sur son avenir. Je voulais qu'il vienne à Sétif, toute la famille était à son attente! .

A-t-il l'habitude de se rendre à Sétif ?

Pas souvent. La dernière fois qu'il était venu, c'était en 2001. Son programme chargé et le fait de ne bénéficier que de trois semaines de vacances par an font qu'il choisisse à chaque fois un autre pays comme la Tunisie, le Maroc, la Turquie, la Serbie pour passer ses vacances. Je ne sais pas où il a décidé de passer ses vacances cette année avec son épouse, une Française reconvertie à l'Islam et qui a appris à cuisiner les plats algériens, surtout la chorba.

Vous aurait-il promis de faire une virée à Sétif prochainement ?

Absolument. Vous savez, lorsqu'il m'a appelé de Marseille pour me dire qu'il n'allait pas pouvoir venir, je n'ai pas du tout apprécié. «Comment oses-tu faire cela alors que toute la famille t'attends», lui ai-je dit. Il m'a expliqué qu'il a été contraint de rentrer après que son manager l'eut appelé pour étudier avec lui son éventuel départ de Valenciennes pour un autre club.

Q! uelle sera sa prochaine destination justement ?

Il est en contac! t avec plusieurs clubs de Ligue1, mais son rêve est de jouer dans le championnat espagnol, d'autant que son jeu est proche de celui des Espagnols.

Avec du recul, comment avez-vous reçu la nouvelle de sa sélection avec les Verts ?

J'étais naturellement très heureux. Plusieurs amis sétifiens, que ce soit en France ou en Algérie, m'ont appelé pour me féliciter. Mais je m'attendais un peu après la sélection de Ghilas qui a beaucoup joué avec mon fils à Martigues.

Racontez-vous cette première convocation ?

C'était en France. Saâdane, Raouraoua et Walid Sadi sont venus au stade de Monaco pour assister à la rencontre Monaco-Valenciennes.

Etiez-vous présent ?

Oui, à la fin de la première mi-temps, Sadi est venu vers moi pour me faire savoir que Raouraoua et Saâdane voulaient s'entretenir avec moi. J'étais très heureux de leur parler.

Que vous ont-ils dit ?

Que cela faisait un bon moment qu'ils suivaient mon fils qui les intére! ssait et qu'ils préféraient le voir de près. A la fin du match, ils ont été satisfaits de son rendement.

Etiez-vous au courant de cette visite ?

Non, ni moi ni mon fils n'étions au courant. Je crois que la FAF a évité volontairement de nous en informer pour lui éviter une pression supplémentaire. Le sélectionner parmi les 30 était la première étape et le contact était permanent entre la FAF et mon fils grâce à l'un des journalistes du Buteur à Paris.

Quelle a été la réaction de la famille après l'annonce de la liste des 23 joueurs ?

C'était la dernière étape et toute la famille était très heureuse pour lui. On a reçu des appels de tous les membres de la famille qui étaient tous heureux. C'était une fête familiale.

Racontez-nous ses premiers pas dans le foot?

Lorsqu'il était petit, j'étais joueur en division d'Honneur. Il ne s'intéressait pas au foot, même si je l'emmenais avec sa grande s?ur au stade pour voir mes matches. Il avait ! cinq ans, à la fin de la mi-temps, il est venu me demander à voir le ba! llon de plus près. Il en est tombé amoureux depuis ce jour. Je me souviens qu'on le perdait de vue toujours dans les grandes surfaces, lui qui préférait le rayon des ballons.

Et que s'est-il passé par la suite ?

On regardait beaucoup les matchs de l'Entente de Sétif et l'Equipe nationale à la télévision. Je l'emmenais aussi voir les matchs de l'Olympique de Marseille. Il a été émerveillé par l'ambiance du public marseillais et de l'ESS.

Qu'en est-il de son parcours professionnel ?

Mon fils a évolué dans plusieurs clubs. Valenciennes est la septième équipe avec laquelle il joue. Je ne m'attendais pas à ce qu'il soit un joueur professionnel. A l'âge de 18 ans, à sa deuxième année en juniors, il a voulu arrêter le foot à cause des problèmes qu'il rencontrait à Martigues. Il a songé à rejoindre l'école de police et devenir policier. Il détestait le foot et il ne voulait plus en parler.

Comment a-t-il alors replongé dans le football ?

C'est un Tunisien, le mari à ma nièce, qui lui a permis de rejoindre une équipe amateur. Il a commencé à reprendre petit à petit le goût de jouer au foot. Il a par la suite rejoint le club de Troyes, grâce notamment au concours de Rabah Ziani (le père de Karim). C'est là que je lui ai prédit un parcours d'un grand joueur. Je n'ai pas hésité à le pousser.

Comment ça ?

Je le soutenais toujours dans ses matches et je l'aidais même financièrement. Il a reçu la première convocation de l'Equipe nationale des moins de 23 ans sous la houlette de Ighil et Tasfaout. Il a prit part au match amical contre Noisy-le-Sec lors duquel il a délivré la passe décisive de l'unique but algérien. Je ne sais pas ce qui s'est passé par la suite. Je me souviens aussi de cette anecdote avec l'ancien joueur international Lakhdar Adjali.

Laquelle ?

Adjali, ancien joueur de Martigues, a assisté à un tournoi de prospection de jeunes tale! nts. Foued a été choisi parmi 180 joueurs. Après avoir reçu son trophée! et ses cadeaux, Adjali est allé vers lui pour lui demander quelle sera sa décision si on lui demandait un jour de choisir entre l'Algérie et la France. Il lui a répondu qu'il jouera pour l'Algérie.

Quelle relation entretient-il avec la ville de ses parents, Sétif ?

Bien qu'il ne l'ait visité que rarement, il se plaît bien dans cette ville. Il est venu une première fois en 1989, puis en 2001 à l'âge de 12 ans. C'est un supporter de l'Entente et admirateur de Del Piero. En France, c'est le club de Marseille qu'il supporte.

-- Delivered by Feed43 service